Anaklumos a fermé ses portes pour laisser place à une nouvelle ère: Anatlandide. Rejoignez nous ici !
Aphrodite et ses rumeurs

Partagez|

« Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Proud to be me.

Want to know who I am ?
✘ Messages : 26
Date d'inscription : 26/04/2015

A little more ?





MessageSujet: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime] Mer 20 Mai - 23:28



Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit.

With Rachel E. Dare



♠ « Lentement mais sûrement, ... » ♠
... le soleil entreprenait sa lente descente vers l’horizon, où il serait avalé dans l’heure, projetant sur la terre et dans les cieux ses derniers rayons les plus lumineux, comme pour apposer sa marquer quotidienne et immortelle sur le monde où il étendait son règne. Le bleu pastel qui avait coloré tout le jour durant, le ciel de mai se teintait à présent des nuances plus sombres et froides, annonciatrices de la nuit à venir, tandis que l’occident se peignait d’ocre et d’or, illustrant l’un des éternels cycles, d’ombre et de lumière.

Mais ce n’était pas le ciel plein de somptueuses couleurs, que les iris du jeune japonais contemplait avec cette lassitude, emprunte de nostalgie. C’était les anciennes ruines, dont les ombres silencieuses et fantomatiques s’étendaient vaporeusement sur le chemin de terre, où quelques touffes d’herbes dansaient paresseusement sous le souffle calme et langoureux du vent, qui captait l’attention entière des prunelles d’obsidiennes. Projetant le jeune homme dans un certain passé, dont l’écho douloureux, sonnait dans sa mémoire. Un château isolé, une soirée paisible, puis un éclair, soudain, le fracas d’une bataille, dont les ruines fumantes sont les seules survivantes, et où plane le souvenir d’un très ancien ballet.

Shinji, comme tant d’autre, n’a pus oublier cette nuit, où en quelques secondes, les silhouettes violettes transformèrent les danses d’espoir, en valses funéraires, où les corps chutant officiaient de musique, et où les sort mortels, déterminaient les pas. Il s’arrêta brusquement, laissant tomber ses paupières devant ses iris sombre, et se forçant à prendre une profonde inspiration, essaya de chasser les images du passé qui envahissent son esprit, ces fantômes transparents qui traversaient le temps, à la recherche d’un moyen de renaitre dans l’un de ses souvenir. Le jeune homme expira lentement, comme si il tentait de sortir en même temps tous les vagues esprits qui hantaient son âme. Il ne pouvait pas y penser, il n’en avait pas le temps. Pas la force. Ni l’espoir, ni le courage nécessaire pour faire de sa mémoire, le mémorial des centaines de visage qu’il avait vu renversé sur le sol gris et froid de la grande Salle de Poudlard. Il ne demandait rien d’autre que l’oubli, un simple voile temporaire, et suffisamment opaque, pour affirmer que ce drame était passé, et qu’il ne revivait pas chaque nuit dans ses songes. Il avait toujours estimé sa mémoire, considérant comme un don d’Athéna cette capacité à tout enregistrer, mais devoir garder dans l’ombre et le silence, cette boite de Pandore, à jamais verrouillée, lui ôtait tout espoir d’arriver à la paix, et faisait naitre eu lui la crainte de perdre ses capacités de raisonnement dans un moment critique. A présent, Shinji considérait presque cela comme une malédiction, avec son habitude de ton observer de loin, telle une ombre, tapis dans une alcôve, il aurait presque pu citer le nom de toutes les victimes.

Lui qui avait toujours fait son possible, pour rester éloigné de autres, afin de n’avoir à s’inquiéter de personne, et de surtout, ne pas les laisser avoir le moindre impact sur lui, il découvrait à présent que les souvenirs pouvaient se révéler aussi tranchant qu’une lame d’obsidienne, et ouvrir des blessures invisibles, et difficilement cicatrisable, dans le tissu fragile de son cœur et de son âme.
Il rouvrit les yeux, et contempla le poulailler, dont les habitants naïfs et confiants sortaient en caquetant profiter des derniers rayons de l’astre solaire. Un sourire ironique étira brièvement son visage pâle. Le temps passé des héros et des mythes glorieux était à présent passé, et révolu. Ils n’avaient plus besoin de quêtes, ils avaient besoins de vivre. De survivre.
Ensemble, dans une unité plus ou moins bancale, ils essayaient de se reconstruire, afin qu’un jour enfin, ils puissent sortir de leurs mémoires meurtries, ces centaines de noms sur une stèle de marbre, afin de pouvoir, se glisser dans l’oubli.








Zuiichi - Never-Utopia




Shinji Sekime.
« Whether 'tis nobler in the mind to suffer The slings and arrows of outrageous fortune, Or to take arms against a sea of troubles, And by opposing end them? To die: to sleep; No more; and by a sleep to say we end The heart-ache and the thousand natural shocks That flesh is heir to, 'tis a consummation Devoutly to be wish'd. To die, to sleep; To sleep: perchance to dream: ay, there's the rub; For in that sleep of death what dreams may come When we have shuffled off this mortal coil. » W. Shakespeare.
© Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The best of us can find happiness in misery

avatar

Proud to be me.

The best of us can find  happiness in misery
Want to know who I am ?
✘ Messages : 166
✘ Orientation Sexuelle : Hétéro
✘ Lieu de vie : Cité de Blaye
✘ Where I am : A l'école normalement
✘ DC : Heath et Jalender
Date d'inscription : 05/09/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
36/500  (36/500)





MessageSujet: Re: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime] Lun 25 Mai - 19:00



Rachel
Shinji


E
ncore une journée qui était passée à toutes allures... Depuis mon arrivée au camps tout allait si vite. Je n'avais même pas eut le temps de me poser cinq petites minutes. Je n'avais guère attendue avant de trouver un travail. J'étais à présent institutrice, je m'occupais donc de faire cours aux plus jeunes du camps et... Et j'adorais ça. Les enfants étaient vraiment adorable. Bien sûr il y avait quelques tête plus dures que les autres. Mais dans l'ensemble, ils étaient tous très gentil et il avait une de ces soifs d'apprendre... C'était réconfortant de les voir aussi énergique alors que la plupart des adultes et des adolescents ici me semblaient si... Blasé par les événements.

Juste après ma journée de travaille, j'étais bien évidemment rentrée chez moi. Ca me faisait bizarre de ne plus vivre dans ma petite grotte d'Oracle qui sentait l'humidité. Mais ce n'était pas plus mal non plus. Je m'étais donc mise au travaille. Et oui, un professeur ne finit jamais vraiment sa journée. Il me fallait préparer ce que nous allions faire en classe demain et dans les jours à venir. Heureusement, je n'étais pas en retard dans mon travail. Ainsi j'eus finit avant même que le soleil ne soit couché. Et au lieu de rester enfermée toute seule, je décidai de sortir prende l'air.

Tout en marchant, je réfléchissais à ce que j'allais bien pouvoir faire avec mes élèves. J'avais bien envie de travailler sur un grand projet. Avec éventuellement un voyage scolaire à la clef. Mais il allait falloir que je vois ça avec nos dirigeants. Nous étions dans une république, certes, cependant, je n'avais pas envie de prévoir quelque chose et qu'au dernier moment on m'interdise de quitter la citadelle. Ce serait bête tout de même et décevrait énormément les enfants.

Perdue dans mes pensées, je finis par me retrouver dans les ruines du château Rudel. Cet endroit n'avait rien de très exceptionnel si on aimait ni l'histoire, ni les cailloux. Dans mon cas, j'amais beaucoup l'histoire, j'avais donc l'intention de me renseigner sur ce qu'il s'était passé ici. Oh ! C'était une belle idée de projet ça... Je pourrais faire travailler mes élèves sur l'histoire de la citadelle... Avançant dans les ruines, je faisais de mon mieux pour ne pas me prendre les pieds dans quoique ce soit. Douée comme j'étais, on ne sait jamais.

C'est alors que je repérai un silhouette, qui fixais l'horizon. Intriguée, je me rapprochai de lui et constata en effet, qu'il s'agissait aussi d'un bel endroit pour venir regarder le coucher du soleil. Je restai un moment à observer le spectacle avant de me rappeler la raison de ma venue. En temps normal, j'aurais peut-être ignorée la présence de cette personne et serait rentrée chez moi sans demander quoique ce soit à personne. Mais je connaissait cet homme. Je l'avais déjà vu... Et ce n'était pas la première fois que je m'interrogeais à son sujet.

- Hum... Bonsoir... Tu es... Shinji n'est-ce pas ?

Comment je connaissais son nom ? Et bien parce que je savais que cet homme était un sang-mêlée. Il n'y avait pas grand monde qui m'étais inconnu à la colonie. Enfin... Je faisais de mon mieux pour connaître chaque sang-mêlée. Pendant un temps, je m'en était fait un devoir d'Oracle. Puis j'avais fini par comprendre que c'était bête comme idée... Mais j'avais continué par curiosité.

- Désolé si je te dérange c'est juste que... Tu sembles... Ca va ?

B-NET


1 Rose de James ♥ - 1 Rose de Loïc ♥

"I don't care "
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais. (skins)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Proud to be me.

Want to know who I am ?
✘ Messages : 26
Date d'inscription : 26/04/2015

A little more ?





MessageSujet: Re: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime] Mer 27 Mai - 19:46



Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit.

With Rachel E. Dare



♠ « Ses iris obsidienne étaient plongés ... » ♠
... dans la contemplation vague des lambeaux d’ombre qui s’étalaient sur le chemin caillouteux, faisant d’eux un étrange miroir qui ne faisait que refléter le passé.
Vivait-il dans ce lieu disparut n’existant plus que dans les abysses de sa mémoire ? Si à cet instant, on pouvait penser que oui, ce n’était cependant pas le cas. Le jeune japonais était simplement… épuisé. Il n’était rentré que quelques jours plus tôt de l’une des autres bases dans lesquelles ils s’étaient dispersés, et si il avait plus ou moins réussi à récupérer de la fatigue physique, bien que les mauvais rêves qui hantent le sommeil de tous les demi-dieux ne lui ai pas facilité la tâche, il n’avait pas encore complètement retrouvé son équilibre intérieur.

Il était dans la nature de Shinji de tout observer. D’analyser les moindres détails de ce que ses sens en éveils pouvaient lui offrir, aidé par son rang de fils d’Athéna. Mais jamais il ne devait l’utiliser autant que lorsqu’il devait quitter RE, afin de rejoindre un autre camp, car dans ses moments là, il était seul, et sa survie ne dépendait que de lui et de sa vigilance. Sa survie, mais aussi la communication risquée mais nécessaire entre les différentes bases de réfugiés.
Il n’avait pas l’orgueil de se croire vitale, mais dans la situation qui planait à présent depuis presque trois ans, depuis cette traumatisante défaite dont ils commençaient tout juste à se relever, l’une des choses qu’il avait retenu était qu’ils étaient tous important. Les différentes sociétés qui s’étaient développées aux quatre coins du monde étaient basées sur ce principe. La majorité de cette joie et de cette insouciance dont ils pouvaient encore faire preuve à Poudlard, s’accrochant à l’espoir illusoire, à l’aveuglement apaisant, avait complètement disparut. Consumé en même temps que leur refuge écossait, de laissant que quelques cendres en guise de souvenir, voletant dans le vent glacial de la réalité.


Ainsi plongé dans cet étrange mélange de pensées, de souvenirs et de songes, le demi-dieux avait continué de marché, son regard obsidienne ne quittant pas le lit caillouteux où s’alignaient ses pas. Ce n’est que lorsque son visage, baigné par les rayons d’ocre pourpre du crépuscule, se retrouva soudain dans l’ombre des ruines qu’il revint brusquement sur la terre ferme. Redressant sa tête qui s’était instinctivement pensées vers le sol, éveillant en un instant tous ses sens, juste à temps pour entendre un pas léger derrière lui.

Shinji fit brutalement volte-face. Son visage quelques secondes auparavant emprunt de la nostalgie propre aux souvenir avait reprit son allure plus distante et maitrisé, laissant cependant deviner une pointe de méfiance dans ses yeux sombres.


Éclat qui se dissipa lorsqu’il reconnu l’Oracle, en partie grâce à sa chevelure flamboyante qui rayonnait d’autant plus sous la lumières brulante des dernières heures du soleil. Hochant simplement la tête pour répondre à sa question, se tournant complètement afin de lui faire complètement face, son visage à demi éclairé exprimant l’ombre d’une interrogation.

Un sourire qui se voulait rassurant, et un brin ironique comme l’engageait sa fatigue et la légère méfiance qui planait encore en lui au sujet de la fameuse jeune femme.

« Oui, déclara-t-il, comme si il s’agissait de la question rhétorique qu’elle semblait être, semblant ne pas comprendre l’inquiétude sous-entendu qu’elle y cachait. Et toi ? »









Zuiichi - Never-Utopia




Shinji Sekime.
« Whether 'tis nobler in the mind to suffer The slings and arrows of outrageous fortune, Or to take arms against a sea of troubles, And by opposing end them? To die: to sleep; No more; and by a sleep to say we end The heart-ache and the thousand natural shocks That flesh is heir to, 'tis a consummation Devoutly to be wish'd. To die, to sleep; To sleep: perchance to dream: ay, there's the rub; For in that sleep of death what dreams may come When we have shuffled off this mortal coil. » W. Shakespeare.
© Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The best of us can find happiness in misery

avatar

Proud to be me.

The best of us can find  happiness in misery
Want to know who I am ?
✘ Messages : 166
✘ Orientation Sexuelle : Hétéro
✘ Lieu de vie : Cité de Blaye
✘ Where I am : A l'école normalement
✘ DC : Heath et Jalender
Date d'inscription : 05/09/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
36/500  (36/500)





MessageSujet: Re: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime] Ven 29 Mai - 19:39



Rachel
Shinji


L
e moins qu'on puisse dire, c'était que Shinji n'étais pas quelqu'un de très bavard. Il ne semblait nullement surpris que je l'aborde aussi soudainement et c'était cintenter de répondre à ma question par un 'oui' avant de me la retourner. Pendant un instant, j'ai bien cru que je dérangeais. C'était peut-être vrai mais... Mais il en fallait plus pour faire renoncer à Rachel Dare son entreprise.

- Ca va aussi, merci.

Je rendit son sourire au jeune japonais. Un silence alors s'installa. Je trouvais ce dernier assez gênant, mais je doutais qu'il en soit de même pour Shinji. Il semblait si perdu dans ses pensées que j'avais du mal à croire que c'était vraiment à moi qu'il avait répondu. Ou tout du moins qu'il m'avait parler en pensent chacun de ses mots. Pour une première discution, ce n'était guère glorieux.

- Je peux te demander à quoi tu pense ? Autant sur ce que tu pense en ce moment que sur notre situation en générale. Tu es un messager non ? Qu... Comment ça se passe à l'extérieur ?

Avec autant de questions, j'avais bien l'intention de faire parler un peu Shinji. Je sais, je suis une fille agaçante. Cependant, je me suis toujours évertuer à être franche, quitte à être directe et à forcer les autres à faire de même. Tout garder pour soit n'est pas bon. J'ai passé aussez d'année en temps qu'Oracle pour savoir que chaque petite parole aussi futile nous parait-elle pourrait un jour nous servir.

Ne voulant pas parraître trop envahissante non plus, j'attendis patiemment que Shinji me réponde. Après tous, il y avait un magnifique coucher de soleil en face de nous, ce serait bête de ne pas en profiter du tout. D'ailleurs cela signifiait que la nuit allait bientôt tomber. En soit, ce n'était rien d'exceptionnelle vu que la nuit arrivait après chaque soir. Mais générallement, lorsque la lune se levait dans le ciel, je préférait me trouver en sécurité chez moi plutôt que dehors. Enfin, vu que je n'étais pas seule, normalement je ne craignais rien. Puis la citadelle était un lieu sûr. Mais il faut croire que j'avais pris l'habitude de redouter la nuit durant ses trois dernières années et j'aurais sans doute du mal à m'en défaire.


B-NET


1 Rose de James ♥ - 1 Rose de Loïc ♥

"I don't care "
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais. (skins)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Proud to be me.

Want to know who I am ?
✘ Messages : 26
Date d'inscription : 26/04/2015

A little more ?





MessageSujet: Re: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime] Lun 1 Juin - 21:20



Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit.

With Rachel E. Dare



♠ « Il venait de se faire piéger. » ♠
Aussi simplement que cela. Une seconde d’immobilité, un instant d’inattention, et leurs regards s’étaient croisés. Les yeux sont le miroir de l’âme disait Victor Hugo, et une nouvelle fois, le jeune japonais trouvait du vrai dans ces anciens proverbes. Et ce n’était pas la première fois qu’il se faisait une telle réflexion sur ce proverbe, l’utilisant lui même souvent lorsqu’il voulait obtenir des informations, mais c’était cependant la première fois depuis longtemps qu’il se faisait prendre à son propre piège.
Il devait vraiment être épuisé, plus qu’il ne le pensait.


Et comme pour lui donner raison, ses iris obsidiennes qui refusaient de se détourner afin de ne pas faire encore preuve de faiblesse, alors qu’il lui semblait en mesure d’accumuler les bourdes, ne pouvaient se détacher des prunelles vertes de la jeune femme. Brillantes et profondes, comme ont aurait pu l’attendre d’une oracle, et pourtant profondément humaines, pleine de cette curiosité tenace, de cette franchise audacieuse.
Elle était comme eux, humaine, et tellement plus que cela à la fois.


Son regard d’ombres perdu dans la contemplation songeuse des émeraudes des iris de l’Oracle, dans lesquels se reflétait comme sur l’océan des songes qui l’habitaient, les derniers rayons du jour, Shinji ne se rendit compte que lorsqu’elle reprit la parole qu’il venait de prendre la main.
Qu’une fois de plus, il venait de se faire piéger.


L’une des bases pour obtenir des informations, c’était d’être maitre de la conversation. Et si ça s’appliquait pour les informations, ça s’appliquait également dans les discutions diverses. Et en moins d’une poignée de seconde, le fils d’Athéna venait de laisser échapper ce rôle, laissant la jeune femme totalement dirigeante de la discussion.

Shinji s’était toujours dis que laisser les autres savoir des choses sur lui, c’était leur laisser une chance de le toucher. Et ce n’était pas une brèche qu’il offrait désormais à Rachel, mais une immense porte ouverte.
L’éclat dans ses iris onyx se modifia légèrement, laissant apercevoir sa nervosité, et sa méfiance, bien qu’il cherche à le cacher du mieux qu’il pouvait. Son esprit travaillant à toute vitesse tandis qu’il cherchait ce qu’il pouvait bien raconter pour faire avancer cette conversation, et bien entendu, reprendre la main.

Cependant, ses iris qui se baisèrent sur les ruines qui l’entouraient n’auraient pu mentir, et c’est dans un murmure qu’il répondit ces mots brulants de vérités.

« À… avant. dit-il, tournant le dos à la jeune femme, levant légèrement les bras, comme pour englober l’immense soleil qui s’éteignait doucement sur l’horizon. A ce monde qui semble être tout autre, et n’être plus vraiment le nôtre, ni même celui des dieux… »


Ses iris plongés dans le brasier qui s’élevait à là frontière entre le ciel et la terre, il en avait presque oublié la présence de la jeune femme, imaginant presque dans les ombres qui des ruines qui l’entouraient, les fantôme de tous les guerriers qui étaient morts dans un monde qu’ils ne comprenaient plus.

Le cri d’un oiseau derrière lui le ramena brusquement à la réalité, et se souvenant de la présence de Rachel, il fit brusquement volte face, la fixant de nouveau de ses iris sombres, laissant le silence s’épaissir en même temps que les ombres de la nuit.

« Penses-tu que ce monde puisse changer ? » Demanda-t-il de sa voix pleine d’une certaine ironie, mais également d’un certain désespoir.
Pouvaient-ils encore espérer ? Pouvaient-ils encore se battre pour quelque chose ?









Zuiichi - Never-Utopia




Shinji Sekime.
« Whether 'tis nobler in the mind to suffer The slings and arrows of outrageous fortune, Or to take arms against a sea of troubles, And by opposing end them? To die: to sleep; No more; and by a sleep to say we end The heart-ache and the thousand natural shocks That flesh is heir to, 'tis a consummation Devoutly to be wish'd. To die, to sleep; To sleep: perchance to dream: ay, there's the rub; For in that sleep of death what dreams may come When we have shuffled off this mortal coil. » W. Shakespeare.
© Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The best of us can find happiness in misery

avatar

Proud to be me.

The best of us can find  happiness in misery
Want to know who I am ?
✘ Messages : 166
✘ Orientation Sexuelle : Hétéro
✘ Lieu de vie : Cité de Blaye
✘ Where I am : A l'école normalement
✘ DC : Heath et Jalender
Date d'inscription : 05/09/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
36/500  (36/500)





MessageSujet: Re: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime] Mar 2 Juin - 23:49



Rachel
Shinji


J
'avais vraiment du mal à saisir Shinji. Pas au sens propre hein ! Vous vous doutez bien que dans ce cas là j'aurais pas eut trop de mal. Mais ce japonais avait quelque chose d'assez perturbant. Il restait calme en permanance. Lorsque je lui parlais, il me regardait droit dans les yeux, comme pour essayer de sonder mon âme. C'était assez stressant à vrai dire. Cependant, il en fallait bien plus pour m'effrayer et me faire rennoncer à cette conversation.

« À… avant. A ce monde qui semble être tout autre, et n’être plus vraiment le nôtre, ni même celui des dieux… »

Je ne pouvais pas le contredire là dessus. C'était sans doute ce à quoi tout le monde pensait depuis ses trois dernière années. Qu'allait-on devenir ? Qu'adeviendrait-il de nous sans les Dieux ? Enfin... Qu'adviendrait-il des demi-dieux... Dans mon cas, Je n'étais plus grand chose d'autre à présent qu'une humaine voyant à travers la brume. Un long silence s'écoula, où npous étions tous les deux perdus dans nos pensées. Soudainement le cri d'un oiseau se fit entendre et sembla ramener Shinji à la réalité.

« Penses-tu que ce monde puisse changer ? »

Cette question me semblait un peu bête. Enfin, je n'allais pas dire que Shinji était bête. Cependant, la réponse me semblait tout à fait logique. Mais elle ne l'était peut-être pas pour tout le monde. Chacun devait avoir son propre point de vue là dessus était c'était sûrement pour ça que Shinji avait posé cette question. Après tout, il était un fils d'Athéna, cela ne m'aurait guère surprise qu'il veuille tout examiner... Y compris les humains. Pour détendre un peu cette atmosphère que je trouvais assez tendue, j'adressai un grand sourire à Shinji en le regardant de nouveau.

- Evidemment que ce monde peut changer, il change sans arrêt. A petite échelle pour le moment, mais il change ! Ce monde n'est pas celui que nous avions l'habitude de connaître. Mais nous pouvons en faire le nôtre.

Cette réponse est peut-être un peu trop positive à votre goût, mais vraie. J'en étais sûre. La chute des Dieux et de Poudlard en était la preuve même. Tout pouvait basculer du jour au lendemain. On en savait rien. Enfin... A moins d'être guider par une prophétie. Et là encore, il ne s'agissait pas de quelque chose de précis. Juste des sortes... D'indications que l'on suivait inconsciemment.

- Tu ne pense pas ?

Relançant le discours, je m'apprêtais tout de même à obtenir un nouveau silence avant sa réponse. Mais pour ne pas que ça arrive, je me permis de donner un coup de coude amical dans les côtes du japonais, histoire de le surprendre et de le faire bouger un peu.

- Roh aller ! Arrête de me regarder comme ça ! Souris un peu, il fait beau... Enfin il ne fait pas froid, on est en sécurité, loin de tout... Pour le moment, pas besoin de se casser la tête. Ce qui est fait est fait. On ne reviendra pas en arrière.                                        

B-NET


1 Rose de James ♥ - 1 Rose de Loïc ♥

"I don't care "
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais. (skins)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Proud to be me.

Want to know who I am ?
✘ Messages : 26
Date d'inscription : 26/04/2015

A little more ?





MessageSujet: Re: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime] Jeu 4 Juin - 17:05



Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit.

With Rachel E. Dare



♠ « Souvent, les demi-dieux avaient... » ♠
... du mal dans les matières scolaires, notamment dans les matières littéraire, puisque leur cerveau programmer pour lire le latin ou le grec ancien n’arrivait pas à s’accommoder aux « nouvelles » langues. Contrairement à beaucoup de demi-dieux, Shinji n’était pas dyslexique, et s’était toujours bien débrouillé en classe, malgré les remarques de ses professeurs sur ses bulletins de notes.
Le japonais était simplement tout autant hyperactif physiquement que mentalement, les rouages de son cerveau de s’arrêtant jamais, toujours en perpétuel mouvement, en perpétuel recherche, comme pouvait parfois le trahir ses iris obsidienne qui ne se fixaient que rarement plus de quelque seconde sur un objet. Son attention, attirés par ses sens en permanence en éveil.
Si il avait été un humain, on l’aurait sûrement qualifié de paranoïaque. Demi-dieu, il était simplement vigilant.


L’ombre d’un sourire las et ironique étira les lèvres fines du fils d’Athéna face à la réponse de la jeune femme, détournant une nouvelle fois les yeux vers les ombres qui se profilaient sur la toile pourpre et or du ciel. Oui, le monde changeait à chaque seconde. Un instant il se senti stupide d’avoir posé la question, et de ne pas avoir prit ce facteur en compte tout de suite, mais sa logique et sa rationalité effacèrent bien vite ce sentiment.
Le monde changeait. Était-ce un bonne ou une mauvaise chose ? Était-ce une malédiction de plus des Parques, ou bien était-ce le rétablissement tant attendu de l’ordre et de la justice de leurs Dieux ? Ils n’avaient aucun moyen de le savoir. Et dans leur faiblesse d’être plus proche des hommes que des dieux, ils ne pouvaient qu’espérer que cela change en leur faveur, et épuiser leurs forces et leur vie dans l’espoir d’influencer la fortune.

« Si. » Répondit-il placidement, ses iris la fixant lorsqu’il lui répondait, avant de se détourner une nouvelle fois vers l’horizon, comme si il cherchait dans cette peinture solaire qui s’étendait chaque soir sur le ciel, quelque chose. Un signe peut être ? A vrai dire, lui même ignorait ce qu’il cherchait dans cette étendue ocre et lumineuse, mais c’était plus fort que lui. Sans qu’il ne le veuille vraiment, son regard sobre s’échappait vers les derniers rayons de lumière du jour.



Mais rapidement, ses iris obsidienne revinrent se poser sur la jeune femme qui venait de lui donner un coup de coude, réussissant à lui tirer une expression de surprise amusée, étirant légèrement l’extrémité de ses lèvres en l’ébauche d’un sourire. Ne pouvant qu’acquiescer.
Elle avait raison.
Ce qui est fait, est fait. On ne revient pas en arrière.
On avance vers son futur.








Zuiichi - Never-Utopia




Shinji Sekime.
« Whether 'tis nobler in the mind to suffer The slings and arrows of outrageous fortune, Or to take arms against a sea of troubles, And by opposing end them? To die: to sleep; No more; and by a sleep to say we end The heart-ache and the thousand natural shocks That flesh is heir to, 'tis a consummation Devoutly to be wish'd. To die, to sleep; To sleep: perchance to dream: ay, there's the rub; For in that sleep of death what dreams may come When we have shuffled off this mortal coil. » W. Shakespeare.
© Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The best of us can find happiness in misery

avatar

Proud to be me.

The best of us can find  happiness in misery
Want to know who I am ?
✘ Messages : 166
✘ Orientation Sexuelle : Hétéro
✘ Lieu de vie : Cité de Blaye
✘ Where I am : A l'école normalement
✘ DC : Heath et Jalender
Date d'inscription : 05/09/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
36/500  (36/500)





MessageSujet: Re: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime] Lun 15 Juin - 23:07



Rachel
Shinji


A
vec tout ce magnifique point de vue que je venais d'étaler, je pensais que Shinji réagirait plus et m'exposerai à son tour son avis sur la question. Mais apparemment non. Il se contenta d'affirmer mes dires. Ce demi-dieux était vraiment mystérieux. Il n'était pas aussi surexcité que ses camarades. Certaons vous diront que, tant mieux, c'est plus reposant. Mais personnellement, je trouve ça un peu flippant. J'avais donc essayer de détendre l'atmosphère en essyant de taquiner un peu Shinji. Si mon coup de coude amicale ne lui délia pas la langue pour autant, mais au moins, je réussit à lui tirer ce qui ressemblait à iun sourire.

Comme la plupart des Sang-mêlés, Shinji n'avait sûrement pas eut une vie facile et, il s'était sans doute habitué à un certaine solitude. Enfin, je dis ça, mais je n'ai jamais été psychologue. Puis allez faire de la psychologie des demi-dieux... C'est pas gagné d'avance ! Cependant, je n'étais pas dénuer de tout instinct non plus. Et il me semblait, qu'à un effort de sourire, la meilleure solution était de répondre avec un sourire rayonnant. Ce qui je fis. Au moins, il s'agissait là d'un exercice pour lequel j'étais plutôt douée. Si je n'étais plus capable d'énoncer la moindre prophétie... Je pouvais toujours sourire. C'était beaucoup moins utile, mais parfois, ça avait son importance sur certain.

- J'ai l'impression de t'ennuyer au plus au point Shinji... Et je pense aussi que tu pense trop. Il est tard, on a un magnifique couché de soleil. Laisses-toi aller un peu ! Ta tête va finir par exploser sinon !

Je poussai gentiment mon interlocuteur comme pour le forcer à être un peu plus actif. En soit, ce n'était rien bien de méchant. Je voulais juste essayer de le comprendre un peu. Après, peut-être qu'il n'appréciait pas ma compagnie, d'où le fait qu'il se montre aussi distant. Désolé d'être aussi énergique et franche ! Puis, je ne le retenais pas non plus ! Si Shinji ne pouvait pas me supporter, il pouvait partir ou me dire clairement qu'il préfère être seul. Décidément, on a beau dire que les femmes sont compliquées, les hommes ne sont pas vraiment mieux.

- Allez, parle-moi un peu de toi. Tu es messager n'est-ce pas ? Qu'est-ce qui ta poussé à faire un travail aussi dangereux ? Pourquoi tu n'as pas laissé ça à nos tête brûlées ? Qu'est-ce qui se passe de beau à l'extérieur de la Citadelle ?

Juste avant de poser cette tornade de question, je m'étais assise et d'un regard, j'avais invité Shinji à faire de même. Et oui, je ne m'étais même pas occupée de savoir si il m'écoutait ou non que je m'étais mise à parler. Il allait vraiment me prendre pour la fille la plus curieuse et sûrement une des plus indiscrète du monde. Mais que voulez-vous, j'aime bien être informée de tout. A croire que c'est une habitude que j'avais prise lorsque je vivais de manière régulière à la colonie. J'avoue, je suis curieuse. Mais en temps qu'oracle, je m'étais faite un devoir aussi de pouvoir conseiller au mieux les demi-dieux et donc, il me semblait que c'était la moindre des choses que de leur parler et d'en apprendre un peu plus sur chacun d'eux.


B-NET


1 Rose de James ♥ - 1 Rose de Loïc ♥

"I don't care "
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais. (skins)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Proud to be me.

Want to know who I am ?
✘ Messages : 26
Date d'inscription : 26/04/2015

A little more ?





MessageSujet: Re: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime] Mer 17 Juin - 22:59



Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit.

With Rachel E. Dare



♠ « Plus que l’amical coup de coude ... » ♠
... de la jeune femme, ce fut sa déclaration qui obtint une réaction de la part du japonais. Pas l’ombre du sourire que ses lèvres avaient esquissé un peu plus tôt, sous le feu de cette surprise que cet acte inattendu de la part de la jeune femme avait provoqué, mais un rire.
Violent, sauvage, ironique et libre. Un rire à son image, qui résonna dans les ruines de l’ancien château avec la brusquerie imprévisible qui caractérise les demi-dieux, chassant de sa force brute, et de sa franchise pure les fantômes qui hantaient encore les lieux de leurs passés brumeux et de leurs espoirs avortés. Chassant de ce même vent l’afflux de souvenirs qui montaient en lui avec de plus en plus de force et de ténacité, comme si ils cherchaient à lui montrer, à lui rappeler qu’ils avaient chuté. Les demi-dieux avaient perdu leur Paradis, comme leurs parents avait perdu leur Olympes.

Son rire s’éteint finalement, mais l’écho se prolongea encore quelques longues secondes entre les lambeaux de murs qui se dressaient encore droits, plein d’une pathétique fierté emprunte à ces guerriers qu’ils avaient protégé, absorbé par les couleurs du crépuscule, auquel il ressemblait tant par ses teintes puissantes, avant de poser enfin ses iris obsidienne sur Rachel.

Ce n’était pas pour elle, que son rire avait retenti, il avait pour l’oracle rousse un respect mêlé de curiosité, que l’on a pour ceux qui pensent et réfléchissent différent, mais que l’on ne peut s’empêcher d’admirer, mais de cette vie, et de lui même. Elle avait raison, il pensait trop, et ne réfléchissait pas assez. Quel piètre fils d’Athéna devait-il faire ! et il sentait en lui se mêler une sorte de honte qu’il ressentait de cet échec, au désespoir des enfants qui déçoivent leurs parents, persuadé ainsi de perdre leur amour. N’était-il pas ridicule ? Fils de la Déesse des stratèges et des esprits, de la figure emblématique d’Athènes, il ne faisait pourtant que ressasser le passé, comme si tout était figé, et qu’il n’y avait plus rien à faire, acquiesçant bêtement lorsqu’elle lui avait dit que tout changeait encore, sans pour autant le réaliser.
Il devait réfléchir, elle le lui avait rappeler.

Et son regard sombre, de nouveau serein posé sur la jeune femme exprimait silencieusement, les remerciements qu’il n’aurait su formuler à voix haute.



Si la première tape de la rouquine l’avait surprise, Shinji réussit à prévoir la seconde, mais accepta cependant cette marque de… camaraderie ? à vrai dire, il ne savait pas vraiment comme définir cette jeune femme, ni à expliquer ses gestes.

L’imitant finalement en allant s’accroupir en haut d’un rocher un peu en hauteur –on de change pas ses bonnes habitude-, le regard toujours alerte comme celui d’un félin, ne se posant guère plus d’une poignée de seconde sur un détail avant de passer à un autre, revenant cependant régulièrement vers Rachel.

« Qui te dis que je ne suis pas une tête brulé ? demanda-t-il avec une curiosité vaguement moqueuse, où l’on décelait cependant une pointe de franchise, avant d’éloigner encore une fois son regard vers le ciel sanglant qui illustrait l’agonie du soleil, un léger soupire s’échappant de ses lèvres. Hors de ces murs, il y a le monde. Dur, violent, souvent fatal. Réel… J’aime voir comme ceux qui ne sont pas d’ici survivent, demi-dieux, sorciers, humains… Comment on essaye tous, encore et encore, même sans y croire. Il sourit presque, admiratif de ce courage, ou plutôt de cette témérité, dont seul les Hommes sont capable de faire preuve. De voir que nous ne sommes pas seuls. »


Il avait lâché ces derniers mots dans un murmure, s’adressant plus au vent qu’à Rachel. Un aveu qui lui venait du plus profond de l’âme, une crainte sourde et muette, qu’il étouffait.
Celle d’être seul au monde.





Zuiichi - Never-Utopia




Shinji Sekime.
« Whether 'tis nobler in the mind to suffer The slings and arrows of outrageous fortune, Or to take arms against a sea of troubles, And by opposing end them? To die: to sleep; No more; and by a sleep to say we end The heart-ache and the thousand natural shocks That flesh is heir to, 'tis a consummation Devoutly to be wish'd. To die, to sleep; To sleep: perchance to dream: ay, there's the rub; For in that sleep of death what dreams may come When we have shuffled off this mortal coil. » W. Shakespeare.
© Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The best of us can find happiness in misery

avatar

Proud to be me.

The best of us can find  happiness in misery
Want to know who I am ?
✘ Messages : 166
✘ Orientation Sexuelle : Hétéro
✘ Lieu de vie : Cité de Blaye
✘ Where I am : A l'école normalement
✘ DC : Heath et Jalender
Date d'inscription : 05/09/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
36/500  (36/500)





MessageSujet: Re: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime] Ven 19 Juin - 19:39



Rachel
Shinji


A
mon plus grand soulagement, Shinji ne parti pas en courant en entendant mes questions. Il me rejoingnis tandis que je restai silencieuse. Il ne parlait pas beaucoup déjà alors si en plus je lui coupais la parole, nous allions jamais nous en sortir ! Puis, je n'allais pas faire la conversation toute seule non plus, sinon il ne s'agirait plus d'une conversation !

« Qui te dis que je ne suis pas une tête brulé ? Hors de ces murs, il y a le monde. Dur, violent, souvent fatal. Réel… J’aime voir comme ceux qui ne sont pas d’ici survivent, demi-dieux, sorciers, humains… Comment on essaye tous, encore et encore, même sans y croire. De voir que nous ne sommes pas seuls. »

Je faillis ne pas entendre la fin de la phrase de Shinji. Il avait murmuré cette dernière et le vent n'aidait guère. Décidément, ce demi-dieu était étrange et même assez inquiétant. Enfin, je ne m'inquiétais pas pour sa santé ou quoique ce soit... Non, je trouvais juste qu'il faisait peur. Ou tout du moins, il me ferait peur si je ne le connaissait pas un minimum.

- Pour le moment, tu ne m'as pas vraiment prouvé que tu étais une tête brûlée !

Evidemment, je disais ça pour le taquiner. Je savais bien qu'il fallait pas être normal pour vouloir devenir messager et frôler la mort tous les jours. Il n'y avait bien que les demi-dieux pour aimer ce genre de travail. Comme pour aimer partir dans des quêtes avec des informations approximatives. Et celle qui encourageait ces quêtes, c'était moi. En soit, ça pouvait parraître affreux, mais les Sang-mêlés ne sont pas fait pour rester sans rien faire. Il faut qu'ils agissent et qu'ils se sauvent des dangers qui les poursuivent sans arrêt. Naître demi-dieu, c'est un peu comme signer un contrat dès sa naissance comme quoi on aura jamais une vie tranquille.

- Le monde à toujours été dur, violent et souvent fatal... Même si ça semble s'être un peu accentuer pour nous. Enfin... Je me demande comment ça se passe pour les humains... Les Nosferatus n'ont pas fait tombé tous les gourvenements de tous les pays tout de même ! Sinon, on serait déjà tous mort je pense...

Je restai songeuse, les paroles de Shinji me laissaient sur ma fin. Ce jeune homme parlait décidément que par des énigmes. J'aimais bien comparer les personnes qui m'entourent à des puzzle. Chaque trait de leur personnalité est comme une pièce qu'il faut assembler aux autre pour voir l'image entière qu'elle représente. Pour certaines personnes, il suffisait d'assembler seulement quelques pièces pour pouvoir deviner leur image et d'autre... D'autre, comme Shinji, étaient de vrai casse-tête. Le genre de puzzle qu'on abandonne avant d'avoir réussit à trouver quelques pièces logiques. Ou tout du moins... Des pièces qui correspondent à ma logique. Mais je ne suis pas du genre à abandonner facilement !

B-NET


1 Rose de James ♥ - 1 Rose de Loïc ♥

"I don't care "
Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais. (skins)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Proud to be me.

Want to know who I am ?

A little more ?





MessageSujet: Re: « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime]

Revenir en haut Aller en bas

« Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime]
» Le bosquet du crépuscule... - Terminé
» La beauté d'un Crépuscule en attire plus d'un... | PV Hivernou ♥ |
» Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]
» Sombre Crépuscule qui enivre mes Songes d'une douloureuse tristesse |P.V ma Crêp|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ανακλυσμός :: Les Campements :: RE :: La citadelle :: Les ruines du château Rudel-