Anaklumos a fermé ses portes pour laisser place à une nouvelle ère: Anatlandide. Rejoignez nous ici !
Aphrodite et ses rumeurs

Partagez|

I can't make up my mind in this game, black or white ? ~ Leo Valdez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Per ardua ad astra

avatar

Proud to be me.

Per ardua ad astra
Want to know who I am ?
✘ Messages : 979
✘ Orientation Sexuelle : Pourquoi faire des choix ?
✘ Lieu de vie : Machu Picchu
✘ Where I am : Where I need to be.
✘ DC : Loïc, Reyna, Liam et Enzo (La schizophrénie je sais je sais je me soigne)
Date d'inscription : 10/06/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
238/500  (238/500)





MessageSujet: I can't make up my mind in this game, black or white ? ~ Leo Valdez Ven 6 Mar - 20:42

Léo Valdez





« ✣ Léo Valdez »

I play a double game and i become insane. ❤

Ma vie, en bref.
✣ Léo "Dylan''
✣ Valdez
✣ Juste Léo oui
✣ en 2003
✣ 20 ans
✣ Grec
✣ Héphaïstos est son père
✣ Aucun Spécifique
✣ Peur de ses sentiments, de perdre les gens auxquels il tient, des espaces réduits.
✣ Une arme en bronze céleste
✣ Nectar citronné et Ambroisie chocolaté  
✣ Tyler Posey.

Passes ta souris sur l'image !

Tu veux en savoir plus sur moi ? ~ Strange and Horrible is my life.
✣ Il est le fils d’Héphaïstos • Sa mère, Ezperanza Valdez est morte quand il avait 8 ans dans un incendie dont il est le seul survivant • C'est le premier faiseur de feu depuis 1666 • Son meilleur ami était Jason Grace avant sa mort tragique • Sa meilleure amie était Piper McLean avant que cette dernière ne le rejette • Il fut très taquin à une époque • Il a peur de ses sentiments • Il s'est forgé une carapace au fil du temps et des déceptions • Il a toujours été quelqu'un de joyeux, ne se prenant pas souvent la tête.• Il est difficile de savoir vraiment qui il est.• Il a eut un terrible accident de voitures• Il a perdu la mémoire • Il a incendié un hôpital• Il a vécu dans une petite ville hors de Londres pendant un an • Il est en couple avec Olivia Callagan depuis ce temps là.• Il a rencontré Anthea Atkins et Lorenzo Savy sur son lieu de travail• Il est maladroit• Il aime se surpasser• Il s'est appelé Dylan avant de retrouver la mémoire• Piper et Jason l'ont retrouvé• Il habite maintenant à Poudlard• Il a disparus pendant deux semaines sans aucun souvenir de cela.• Il a été trompé par Olivia lors de la mission cupidon.• Il a été le messager de la dernière quête.•
.


Prénom / Pseudo.




Derrière l'écran. 
~ citation.
✣ Je suis l'être qui vous martyrise depuis maintenant six mois, je n'ai pas de noms, je n'ai pas d'âge je suis un monstre oui Nan plus sérieusement j'ai pas envie de vous dire qui je suis surtout que vous le savez tous donc next !.


© TAZER.
 
« Il existe deux types d'amis, ceux qui ne feront partie que temporairement de votre vie que vous oublierez vite, puis y a ceux qui resteront à jamais gravés dans vos mémoires, qui ont été là dans les moments les plus difficiles de votre vie, qui vous ont soutenu quand personne ne croyait en vous.»


Dernière édition par Léo Valdez le Ven 6 Mar - 20:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Per ardua ad astra

avatar

Proud to be me.

Per ardua ad astra
Want to know who I am ?
✘ Messages : 979
✘ Orientation Sexuelle : Pourquoi faire des choix ?
✘ Lieu de vie : Machu Picchu
✘ Where I am : Where I need to be.
✘ DC : Loïc, Reyna, Liam et Enzo (La schizophrénie je sais je sais je me soigne)
Date d'inscription : 10/06/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
238/500  (238/500)





MessageSujet: Re: I can't make up my mind in this game, black or white ? ~ Leo Valdez Ven 6 Mar - 20:43



My Story




When I was a child . ~ My Childhood was awfull.


Le son d'une voix si douce chantant une mélodie pour un enfant venant de naître. La chambre de l'enfant était d'un vert pur, des jouets ornaient déjà le sol de la petite pièce situé dans les combles d'un appartement de Brooklyn. Il tombait ruine, mais la chambre était claire, nette, sans aucune éraflure, aucun trou, aucun passage d'air. La voix continuait sa mélodie.

Un homme grand, fort, émanant une énergie si puissante rentra dans la chambre, embrassant celle qui lui avait donné un enfant, une dernière fois. Partant dans la pénombre, claquant la porte, ils savaient tous les deux que jamais ils ne se reverraient tel était la dure lois de l'Olympe si cruelle qu'elle soit.

Les larmes aux yeux, la jeune mère ne cessa cette mélodie, la réconfortant probablement autant que son nouveau-né. Elle venait d'être abandonné par celui qu'elle croyait aimer à jamais, seule maintenant avec son fils. La dernière lueur de soleil disparus, la laissant dans ses pensées les plus secrètes, le nourrisson tombant dans les bras de Morphée. Elle devait maintenant faire face, retomber sur ses pieds, remonter, sortir la tête de l'eau avant de sombrer dans les ténèbres, elle le devait, pour lui, le petit Léo qu'elle venait de mettre au monde, il était en un rien de temps devenu toute sa vie si misérable soit-elle. Elle l'aimait et elle ferait tout pour le garder en sûreté.

Elle commença à chercher un second travail pour subvenir au besoin de son petit, il était frêle souvent frigorifier par les nuits glacials de l'hiver. Le chauffage leur avait été coupé, l’électricité était sur le point de subir le même sort. Elle ne s'en sortait plus et pourtant elle ne voulait pas abandonner. Elle était une serveuse dévouait, une femme de chambre sans complexe et une gardienne gardant de sombres secrets. Elle ne dormait presque plus, travaillant encore et encore sans ménagement, elle voulait que son fils est une enfance heureuse.

Elle refusa l'aide de sa sœur, vivant en Angleterre cette dernière avait eu plus de chance qu'Esperanza. Marié à un riche homme d'affaire mort deux semaines auparavant, dans un terrible accident d’ascenseur. Elle avait eu une grosse part de l'héritage et en profitait bien, mais la plus jeune des Valdez, la mère de Léo, ne souhaitait pas qu'on l'aide, elle voulait s'en sortir sans rien devoir aux autres. Sa famille qui l'avait tout de même abandonné il y a quelques années quand elle était dans de grandes difficultés.  Elle savait qu'ils n'avaient aucun amour pour elle, juste pour la forme, l'image qu'ils voulaient donner à leur famille. La parfaite petite famille. Elle avait refusé de se soumettre et n'était jamais revenue auprès des siens. Le temps ne pardonne pas et l'oublie perdure... Aucun d'eux ne connaîtra Léo, tel était son souhait.

Elle remonta la pente, ses patrons l'ont augmenté, elle reçu des aides financières, elle commença à se reconstruire une vie. Son appartement elle le changea, se rapprochant de ses lieux de travailles. Une chambre, un salon, une salle de bain, une cuisine, cela lui suffisait largement. Elle recommençait à vivre. Emmenant son fils ses jours de confiés aux parcs, rencontrant ses amis pour des déjeuners. Elle était heureuse de s'en être sortie, elle pensait que tous ses malheurs étaient derrière elle.  

Elle déménagea dans la petite ville d'Houston quand on lui proposa un job intéressant pouvant l'aider à s'occuper de son fils, un logement de compris, une aide à domicile pour son petit et la sûreté d'un avenir pour ce dernier. La vie de la jeune femme prenait un nouveau tournant. Elle allait enfin pouvoir passer plus de temps avec lui. Les mois commencèrent donc à passer de plus en plus rapidement.

Le jeune petit Valdez grandissait sous les yeux émerveiller de sa mère, ses premiers pas sont arrivés, un désastre pour la vaisselle et les murs qu'il s'amusait à gribouiller sous les yeux de sa maman et sa nounou. Une femme adorable qui se révélera être une femme détestable en grandissant. Les premiers mots qu'il prononça à sa mère, leur relation était forte, elle n'avait que lui et il n'avait qu'elle. Son fils était toute sa vie.

Elle se vit impuissante quand ce dernier rentra à l'école et ne réussi à se faire une place parmi les élèves, raillé, moqué car il n'avait aucun père , se battant assez souvent avec ses petits camarades. Elle le voyait souffrir et ne pouvait rien faire, l'impuissance d'une mère face à la déstresse de son enfant est probablement la chose la plus horrible à vivre. Elle le changea trois fois d'école avant qu'il ne réussisse à bien s'entendre avec les autres et surtout qu'il arrête de se battre et de se faire virer. Elle recommença à respirer, continuant à se faire une place dans la jolie petite ville Texane.

Le temps passe, les anniversaires de Léo passent de plus en plus vite, elle le voit grandir, elle est fière de ce qu'il devient. Intelligent malgré une dyslexie sévère, une hyperactivité hors normes par rapport aux autres élèves. Il les épuisait tous rien qu'en sport ou dans son club de football. Ce qui ravis son entraîneur le voyant déjà grand footballeur. Elle le vit s'épanouir, son petit garçon vivait dans un environnement qui lui plaisait, elle ne pouvait rêver mieux pour lui.

L'année de ses cinq, sa mère le découvrit dans le salon seul entouré par des flammes intenses, sa nounou l'avait laissé seul, la colère, car n'importe quoi aurait pu lui arrivé, elle n'eut d'autre choix que de renvoyer cette dernière qui ne revint jamais. Le feu, un pouvoir qu'elle connaissait à son fils depuis sa naissance. Elle en savait beaucoup plus sur les dieux et les demi-dieux que ce que l'on pouvait croire. Elle savait pour Léo et souhaitait le protéger. Elle n'eut d'autre choix ce jour là, que de lui expliquer la nature de ses pouvoirs. Qu'un jour son père l'aidera à comprendre. Enfin c'était plutôt ce qu'elle espérait. Ne sachant pas vraiment comment ça marche.

L'année de ses huit ans, ses années de bonheurs tournèrent aux drames, la jeune femme avait emmené avec elle son fils dans l’entrepôt du magasin dont elle s'occupait, devant régler une dernière affaire avant de partir pour des vacances bien mérité en Californie. Elle le laissa dans la chambre de repos adjacent à l'entrepôt elle devait éteindre toutes les lumières avant de quitter les lieux comme le règlement le demandait. Elle ferma la porte derrière elle quand cette dernière se ferma à clé sans raison. Une femme aux allure de l'ancienne nounou de Léo apparut devant ce dernier, la panique oui complètement, la peur le poussa à faire une chose qu'il regrettera à jamais. Tentant d'arrêter cette intrus il ne put se contrôler et toucha la femme qui elle même touchait l'entrepôt où se trouver Esperanza.

Une explosion détruisit la totalité de la zone, Léo fut projeter en arrière et perdit connaissance, sa mère venait d'être tué sous ses yeux sans qu'il ne s'en rende réellement compte. Le feu ne l'avait pas tué, mais c'est ce qu'il devait croire.... La petite famille qui avait réussi à se reconstruire venait d'être définitivement brisée. Les pompiers le trouvèrent rapidement, l'emmenant d'urgence à l’hôpital. Aucune brûlure, juste quelques égratignures. Jamais il n'aurait dû s'en sortir, ce don maudit lui avait sauvé la vie.

L'enterrement de sa mère fut durent, il ne put supporter l'idée de jamais revoir celle à qui il tenait plus que tout au monde. Elle venait de rejoindre les étoiles ou plutôt l'enfer d'Hadès.
Il fut d'abord envoyé en Angleterre chez sa tante, une femme vil et méchante dont les intentions n'étaient pas très bonne. Les premiers furent dure pour le jeune garçon, il ne se sentait pas chez lui et elle ne le traitait que de monstres et de démons. Elle le pensait coupable de la mort d'Esperanza.  Pendant trois mois il fut chahuter par ses cousins avant de s'énerver de commettre une chose qui lui valu d'être exclus de cette demeure.

Le temps de l'enfance était déjà proscrit, envoyé vers des lieux différents presque tous les jours, vivant dans des familles d'accueil peu amical  voir atroce avec lui, le prenant pour le jardinier, le majordome et autres tâches qu'un enfant ne devrait pas faire si jeune. Un esclave pour être plus clair. Sa vie était devenue un enfer. Chaque jours se demanda pourquoi on lui en voulait temps. Chaque jours il se détesta plus en plus s'accusant d'un crime qu'il n'avait pas commis.

Maintenant il était seul contre le monde...
Blackout. ~ New Friend, New Life


Leo était perdu, il ne savait plus vraiment si sa vie avait un sens, cela faisait maintenant cinq ans que sa mère était partie par sa faute, il avait été rejeté par sa seule famille qui lui restait, il était trimbalé de familles en familles. Des familles toutes aussi infectes les unes des autres, ne voyant en lui qu'un latino bon à faire les tâches ménagères, un genre de majordomes, jardiniers, cuisiniers, en gros un esclave.

Ses nerfs étaient mis à rudes épreuves chaque jours, il savait qu'il craquerait un jour, qu'il enverrait tout valser et que cela se soldera par la mort encore une fois par sa faute. Il tentait à chaque fois de ce calmer avec se souvenir, l'explosion, l'enterrement, les raclés de sa tante. Non ne pas craquer, il n'avait pas le droit, il devait se contenir, encore et encore. Mais était-ce vraiment bon de faire cela ? Ne le conduisait-il pas à sa perte ? On sait tous que quand on emmagasine trop, l'explosion est encore plus violente. Le menant à sa perte.

Un soir de Juin, après ses treize ans, il avait décidé de partir après une énième tâche, une énième violence physique, il ne pouvait plus, il tombait dans un certain oublie et ne le supportait plus. Il voulait vivre sa vie et ce même s'il n'avait que treize ans. Il avait besoin d'air. De respirer de nouveaux, s'enfuir était la seule solution, s'échapper et ne jamais revenir. Non ce n'était pas une fugue car il savait déjà qu'il ne reviendrait jamais, qu'aucun de ses parents ''adoptifs'' ne le recherchera. Il était livré à lui même depuis longtemps, ce n'est pas parce qu'il n'aurait plus de toit qu'il ne s'en sortirait pas.

Les étoiles brillèrent de milles feux, la lune éclaira la pénombre, ce qui lui donna encore plus envie de quitter cette maison de fou. Laissant le fenêtre ouverte, il fit comprendre qu'il ne reviendrait jamais. Ses draps étaient pliés, son linge dans son sac, deux barres de chocolats et une pomme pour sa première excursion nocturne. Une époque se terminait, une autre était sur le point de débuter.

Il marcha, sans s'arrêter, sentant que son cœur lui donnait la bonne direction, suivant son instinct, il ne savait pas où il allait, mais tous ses sens lui disaient d'aller vers une direction précise, il n'eut d'autre choix que de suivre cet instinct. Chaque soir avant de dormir il pensa à sa mère, regardant sa photo avant de partir dans les bras de Morphée. Il en avait besoin. C'est comme si elle venait lui dire bonne nuit chaque soir, fermant légèrement la porte de sa chambre, l'embrassant sur la joue, le bordant. Ses souvenirs étaient lointains maintenant et pourtant toujours aussi présent.

Les jours qui ont suivi lui on valu un incroyable rencontre avec une école bien étrange, pas comme toutes les autres. Il ne sait pas comment mais il s'y est vu intégré sans aucune raison. Il découvrit la vie d'une autre façon, y avait peut-être retrouvé goût. En tout cas ce qui était sûr c'est qu'il y vivrait de belles aventures.

Il rencontra Piper McLean et Jason Grace, il commença à s'ouvrir aux autres malgré sa résistance à s'en approcher. Il avait peur de les blesser sans le vouloir. Encore et toujours le souvenir de l'entrepôt qui part en fumée, à jamais gravé enfaîte.

Son aventure commença là Maintenant avec Le trio infernal ! Pourtant quelque chose n'allait pas et ils découvriraient bientôt que cette amitié fraternelle et forte n'est dû qu'à la pire des garces une déesse ''veillant'' sur eux, les avaient complété remastérisé. Personne ne saura jamais ce qu'il s'est vraiment passé...

You are not Wisdom ~ I fell down again...  .


Ex turba vero imae sortis et paupertinae in tabernis aliqui pernoctant vinariis, non nulli velariis umbraculorum theatralium latent, quae Campanam imitatus lasciviam Catulus in aedilitate sua suspendit omnium primus; aut pugnaciter aleis certant turpi sono fragosis naribus introrsum reducto spiritu concrepantes; aut quod est studiorum omnium maximum ab ortu lucis ad vesperam sole fatiscunt vel pluviis, per minutias aurigarum equorumque praecipua vel delicta scrutantes. Paphius quin etiam et Cornelius senatores, ambo venenorum artibus pravis se polluisse confessi, eodem pronuntiante Maximino sunt interfecti. pari sorte etiam procurator monetae extinctus est. Sericum enim et Asbolium supra dictos, quoniam cum hortaretur passim nominare, quos vellent, adiecta religione firmarat, nullum igni vel ferro se puniri iussurum, plumbi validis ictibus interemit. et post hoe flammis Campensem aruspicem dedit, in negotio eius nullo sacramento constrictus. Excitavit hic ardor milites per municipia plurima, quae isdem conterminant, dispositos et castella, sed quisque serpentes latius pro viribus repellere moliens, nunc globis confertos, aliquotiens et dispersos multitudine superabatur ingenti, quae nata et educata inter editos recurvosque ambitus montium eos ut loca plana persultat et mollia, missilibus obvios eminus lacessens et ululatu truci perterrens.


© TAZER.
 
« Il existe deux types d'amis, ceux qui ne feront partie que temporairement de votre vie que vous oublierez vite, puis y a ceux qui resteront à jamais gravés dans vos mémoires, qui ont été là dans les moments les plus difficiles de votre vie, qui vous ont soutenu quand personne ne croyait en vous.»


Dernière édition par Léo Valdez le Mer 11 Mar - 22:51, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Per ardua ad astra

avatar

Proud to be me.

Per ardua ad astra
Want to know who I am ?
✘ Messages : 979
✘ Orientation Sexuelle : Pourquoi faire des choix ?
✘ Lieu de vie : Machu Picchu
✘ Where I am : Where I need to be.
✘ DC : Loïc, Reyna, Liam et Enzo (La schizophrénie je sais je sais je me soigne)
Date d'inscription : 10/06/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
238/500  (238/500)





MessageSujet: Re: I can't make up my mind in this game, black or white ? ~ Leo Valdez Ven 6 Mar - 20:44



La suite




Nom du Chapitre. ~ citation ou autre.


Ex turba vero imae sortis et paupertinae in tabernis aliqui pernoctant vinariis, non nulli velariis umbraculorum theatralium latent, quae Campanam imitatus lasciviam Catulus in aedilitate sua suspendit omnium primus; aut pugnaciter aleis certant turpi sono fragosis naribus introrsum reducto spiritu concrepantes; aut quod est studiorum omnium maximum ab ortu lucis ad vesperam sole fatiscunt vel pluviis, per minutias aurigarum equorumque praecipua vel delicta scrutantes. Paphius quin etiam et Cornelius senatores, ambo venenorum artibus pravis se polluisse confessi, eodem pronuntiante Maximino sunt interfecti. pari sorte etiam procurator monetae extinctus est. Sericum enim et Asbolium supra dictos, quoniam cum hortaretur passim nominare, quos vellent, adiecta religione firmarat, nullum igni vel ferro se puniri iussurum, plumbi validis ictibus interemit. et post hoe flammis Campensem aruspicem dedit, in negotio eius nullo sacramento constrictus. Excitavit hic ardor milites per municipia plurima, quae isdem conterminant, dispositos et castella, sed quisque serpentes latius pro viribus repellere moliens, nunc globis confertos, aliquotiens et dispersos multitudine superabatur ingenti, quae nata et educata inter editos recurvosque ambitus montium eos ut loca plana persultat et mollia, missilibus obvios eminus lacessens et ululatu truci perterrens.

Nom du Chapitre. ~ citation ou autre.


Ex turba vero imae sortis et paupertinae in tabernis aliqui pernoctant vinariis, non nulli velariis umbraculorum theatralium latent, quae Campanam imitatus lasciviam Catulus in aedilitate sua suspendit omnium primus; aut pugnaciter aleis certant turpi sono fragosis naribus introrsum reducto spiritu concrepantes; aut quod est studiorum omnium maximum ab ortu lucis ad vesperam sole fatiscunt vel pluviis, per minutias aurigarum equorumque praecipua vel delicta scrutantes. Paphius quin etiam et Cornelius senatores, ambo venenorum artibus pravis se polluisse confessi, eodem pronuntiante Maximino sunt interfecti. pari sorte etiam procurator monetae extinctus est. Sericum enim et Asbolium supra dictos, quoniam cum hortaretur passim nominare, quos vellent, adiecta religione firmarat, nullum igni vel ferro se puniri iussurum, plumbi validis ictibus interemit. et post hoe flammis Campensem aruspicem dedit, in negotio eius nullo sacramento constrictus. Excitavit hic ardor milites per municipia plurima, quae isdem conterminant, dispositos et castella, sed quisque serpentes latius pro viribus repellere moliens, nunc globis confertos, aliquotiens et dispersos multitudine superabatur ingenti, quae nata et educata inter editos recurvosque ambitus montium eos ut loca plana persultat et mollia, missilibus obvios eminus lacessens et ululatu truci perterrens.

Nom du Chapitre. ~ citation ou autre.


Ex turba vero imae sortis et paupertinae in tabernis aliqui pernoctant vinariis, non nulli velariis umbraculorum theatralium latent, quae Campanam imitatus lasciviam Catulus in aedilitate sua suspendit omnium primus; aut pugnaciter aleis certant turpi sono fragosis naribus introrsum reducto spiritu concrepantes; aut quod est studiorum omnium maximum ab ortu lucis ad vesperam sole fatiscunt vel pluviis, per minutias aurigarum equorumque praecipua vel delicta scrutantes. Paphius quin etiam et Cornelius senatores, ambo venenorum artibus pravis se polluisse confessi, eodem pronuntiante Maximino sunt interfecti. pari sorte etiam procurator monetae extinctus est. Sericum enim et Asbolium supra dictos, quoniam cum hortaretur passim nominare, quos vellent, adiecta religione firmarat, nullum igni vel ferro se puniri iussurum, plumbi validis ictibus interemit. et post hoe flammis Campensem aruspicem dedit, in negotio eius nullo sacramento constrictus. Excitavit hic ardor milites per municipia plurima, quae isdem conterminant, dispositos et castella, sed quisque serpentes latius pro viribus repellere moliens, nunc globis confertos, aliquotiens et dispersos multitudine superabatur ingenti, quae nata et educata inter editos recurvosque ambitus montium eos ut loca plana persultat et mollia, missilibus obvios eminus lacessens et ululatu truci perterrens.


© TAZER.
 
« Il existe deux types d'amis, ceux qui ne feront partie que temporairement de votre vie que vous oublierez vite, puis y a ceux qui resteront à jamais gravés dans vos mémoires, qui ont été là dans les moments les plus difficiles de votre vie, qui vous ont soutenu quand personne ne croyait en vous.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

He is one of those people who would be enormously improved by death.

avatar

Proud to be me.

He is one of those people who would be enormously improved by death.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 138
✘ Orientation Sexuelle : Nourriture.
✘ Lieu de vie : Memphis
✘ Where I am : Somewhere in the darkness. ~
✘ DC : Theia, Scorp', Lorenzo, Asa.
Date d'inscription : 29/12/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
155/500  (155/500)





MessageSujet: Re: I can't make up my mind in this game, black or white ? ~ Leo Valdez Ven 6 Mar - 21:06

Pourquoi c'est toujours moi ?

La flemme de sortir la fiche, mais du coup, si tu veux repasser par la validation, c'est encore moi xx.



❝ You're the sun of my whole univers. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Proud to be me.

Want to know who I am ?

A little more ?





MessageSujet: Re: I can't make up my mind in this game, black or white ? ~ Leo Valdez

Revenir en haut Aller en bas

I can't make up my mind in this game, black or white ? ~ Leo Valdez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» I can't make up my mind in this game, black or white ? ~ Leo Valdez
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ανακλυσμός :: In the beginning. :: Carte d'identité. :: Nos super-héros.-