Anaklumos a fermé ses portes pour laisser place à une nouvelle ère: Anatlandide. Rejoignez nous ici !
Aphrodite et ses rumeurs

Partagez|

If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

In the end everything matters.

avatar

Proud to be me.

In the end everything matters.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 1587
✘ Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle.
✘ Lieu de vie : Tokyo
✘ Where I am : Anywhere you won't follow me. ~
✘ DC : Scorpius H. Malfoy, Asa E. Chobsky, A. Lorenzo Savy, Nico Di Angelo.
✘ Liens :
Les indispensables.

Anthéa Atkins Never forget.
Enzo Aksakov Need you.

Les anciens camarades de chasse.

Aymeric ChanceA définir.
Lancelot J. EverlyA définir.

Ceux qui ont représenté quelque chose.

Rachel E. DareA définir.
Elena L. SalvatoreA définir.

Ceux avec qui ça n'a jamais été.

Heathcliff E. PowellsA définir.
Astrid A. Malfoy ∞ A définir.
Date d'inscription : 25/05/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
402/500  (402/500)





MessageSujet: If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia. Mar 21 Oct - 19:52

© blend - Tumblr


Theia Athela Dawson

Fille de Neptune - Chasseresse - ft. Chloe Grace Moretz



Carte d'identité :
Nom :
Dawson.
Prénoms :
Theia, Athela.
Surnoms :
Tea (merci Léo).
Date de naissance :
Treize jours avant les calendes de Décembre de l'an -352.
Age :
15 ans depuis 2375 ans, soit 2390 ans.
Nationalité :
Romaine ( et pas Italienne, mais bien romaine, oui, oui. ).
Orientation sexuelle :
A son époque, l'amour n'existait pas, elle ne sait pas ce que c'est.
Parent Divin :
Neptune.
Camp :
Chasseresse.
Arme :
Un arc et des flèches, comme toute chasseresse qui se respecte.
Pouvoir :
Elle ne sait pas qu'elle en a. Entouré de chasseresses, elle a toujours pensé que les pouvoirs dont elle disposait était en faite ceux d'Artémis, ou des créatures qu'elle chasse.
Animal de compagnie :
Les loups de la chasse et une chouette qu'elle a apprivoisé.
Peur :
Ce n'est pas vraiment une peur, mais elle n'aime pas la présence des hommes, elle trouve ça gênant.
Amortentia :
L'odeur des médicaments, des herbes que l'on vient de cueillir et de bonbon.
Avatar :
Chloe Grace Moretz.
Titre :
Chasseresse d'Artémis.
Anecdotes & faits divers:
Anecdotes

Theia est née pendant la république romaine, elle est donc elle même une romaine. • Elle ne s'est pas toujours appelé Dawson, ce nom est venu bien après sa naissance, quand elle eut besoin de s'adapter au monde moderne. • Elle sait parler Latin, Grec ( ancien & moderne ), français, anglais, espagnole, allemand, mandarin, japonais, russe et bien d'autres langues encore. • Contrairement à beaucoup de chasseresses, elle n'est pas particulièrement féministe. • Elle adore se faire à la nouvelle technologie, et apprécie beaucoup la musique. • Quand elle était encore vivante, Zoé était la meilleure amie de Theia, parce qu'elles étaient les deux plus anciennes encore vivantes. • Elle donnerait sa vie sans hésiter pour Artemis, elle fait tout ce que la déesse ordonne sans demander d'explication, mais quand il s'agit de voir Apollon, elle proteste vivement, et cherche le moindre prétexte pour éviter. • Elle n'a jamais aimé l'idée qu'un type comme Percy Jackson, ou pire, Léo Valdez puisse s'approcher des chasseresses. • En dehors d'Aymeric, elle ne laisse aucun homme l'approcher. Elle n'aime tout simplement pas leur présence • Néanmoins, Theia admira réellement Aymeric qui est devenue son meilleur ami. • Bien qu'elle sache qu'elle n'a pas le droit, elle adore passer regarder Aymeric soigner les gens à l'infirmerie pour cette raison. • Elle a connu Leonardo Di Vinci et Wolfgang Mozart. • Elle a fait le tour du monde déjà une bonne vingtaine de fois. • Elle ignore totalement avoir un parent divin. • Parfois, il arrive à Theia d'imaginer sa vie dans le monde moderne si elle n'était pas chasseresse.



A propos de moi:

Fille de Kuroro, petite soeur de Luna et de Nico, en couple avec Jack, meilleure amie de Charlie et d'Isaac, confidante de Mia, réincarnation de Neferupito, et soeur de coeur de Kirua et Akura. ~


© _Viviie.





I HATE YOU. DON'T LEAVE ME.
Alors j'enfile une veste et un verre de vodka et tant pis si j'empeste la trouille et le tabac. Je danse jusqu'à rire, la nuit la vie et moins pire. J'ai moins peur à vrai dire des vampires que de ton souvenir. Et on s'en fous de nos raisons la nuit se pose moins de question©.mad love


Dernière édition par Theia A. Dawson le Dim 12 Avr - 12:03, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In the end everything matters.

avatar

Proud to be me.

In the end everything matters.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 1587
✘ Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle.
✘ Lieu de vie : Tokyo
✘ Where I am : Anywhere you won't follow me. ~
✘ DC : Scorpius H. Malfoy, Asa E. Chobsky, A. Lorenzo Savy, Nico Di Angelo.
✘ Liens :
Les indispensables.

Anthéa Atkins Never forget.
Enzo Aksakov Need you.

Les anciens camarades de chasse.

Aymeric ChanceA définir.
Lancelot J. EverlyA définir.

Ceux qui ont représenté quelque chose.

Rachel E. DareA définir.
Elena L. SalvatoreA définir.

Ceux avec qui ça n'a jamais été.

Heathcliff E. PowellsA définir.
Astrid A. Malfoy ∞ A définir.
Date d'inscription : 25/05/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
402/500  (402/500)





MessageSujet: Re: If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia. Mar 21 Oct - 19:53

© blend - Tumblr


You see there's no real Ending, it's only the beginning


In contrary was what it is it wouldn't be, and what it wouldn't be it would. You see ?

J’aimerai pouvoir affirmer avec exactitude que l’histoire que j’ai à vous raconter, mon histoire, est un témoignage fidèle de la réalité. Ca ne l’est pas. Ca ne le sera jamais. Il y a toujours deux façons de raconter une même histoire, mais personne ne peut savoir avec exactitude quelle version est là bonne. Parce que n’importe quelle créature douée d’intelligence ne peut raconter une histoire sans avoir prit le temps d’y réfléchir, de trouver chacun de ses mots, de s’être faire une opinion. Et le temps joue un énorme jeu, vous savez ? Le temps altère les souvenirs, les efface, les modifie… Je ne peux donc pas vous regarder dans les yeux et vous jurez de vous dire que ce n’est que la réalité et la vérité, mais, ne vous abusez pas, ce n’est parce que je ne peux pas vous promettre la véracité de chacun de ces faits que je peux pas vous jurez qu’ils sont réels, pour moi, dans mon esprit et ma mémoire. Alors à défaut de vous promettre ce que vous attendez de moi, je vous promets de vous dire ce que je sais, ce que j’ai vécue, et ce que je veux être sans vous mentir. Et pour se faire, je commence par vous dire que rien de ce que je ne vous dirai ne sera une vérité absolue et irréfutable.


And finaly begin. ~
Fermez les yeux. Nous sommes à Rome, en l’an -352 avant Jesus-Chris. Le soleil vient d’attendre son zénith et les rues sont pleines de monde. Sur votre gauche, il y a plusieurs groupes d’esclaves, occupés à s’occuper des affaires de leur dominus ou quelque chose dans le genre. A votre droite, il y a quelques sénateurs se disputaient à cause d’une affaire de politique quelconque. La vie suie son court comme chaque jour dans la capital, ou presque. Deux avant la prise de Bologne par les Gaulois, leur contré était déjà dans toutes les conversations. Tous le monde, à Rome, était conscient de l’importance que prenais l’empire et personne ne voulait le voir cesser de s’agrandir. Ouvrez les yeux. Devant vous, il y a une petite ruelle qui se détache des autres. Prenez là. Avancez jusqu’au bout, et toquez à la porte. Trois coup rapide, un lent, et à nouveau trois rapide. Un homme vous ouvrir. Marcus. Il tient un bébé dans ses bras. Un garçon qui s’appellera Augustus. Entrez dans la maison, et vous découvrirez une petite fille dans les bras de sa mère. Elle s’appellera Theia. Cette petite fille, c’est moi. Les deux enfants sont jumeaux. Un des deux n’est donc pas l’enfant du même père que l’autre. Augustus était un garçon, aux yeux de tous, c’était lui, l’enfant divin. Et il y avait Theia.  Une futur femme dont on aurait aimé se débarrasser. J’ignore encore pour quoi on ne l’a pas simplement exposé. L’exposition, dans la Rome antique, c’était assez commun. Bien qu’étant une pratique totalement taboue et datant de la Grèce ancienne, lorsqu’on avait un enfant difforme, adultérine ou une petite fille, personne n’était choqué de ne pas revoir l’enfant après la naissance. Et pour cause, il était abandonné à l’eau, dans la forêt ou autre endroit où il serait proie pour les bêtes passantes, après, évidement, avoir été blessé pour attirer leur instincts animaliers. Mais ce ne fut pas mon cas. A ma naissance, mon père m’a reconnu comme étant sa fille, et j’ai vécue entant que tel. Ouvrez la porte derrière vous, maintenant. Nous sommes à présent dix ans plus tard, toujours dans cette petite maison à Rome. Autour de vous, les domestiques s’activent. Le dominus s’apprête à recevoir. La domus doit être soigné, pour l’occasion. Les enfants courent dans la maison en riant. Il y a trois petit garçon, dont l’un d’entre eux est Augustus, et une petite fille, Theia. Vous êtes assit sur un fauteuil du salon. En face de vous, quelques rides maintenant apparentes , Marcus vous sourit amicalement avant de se pencher à nouveau sur ses affaires. Sur votre droite, un homme de cinquante, peut-être soixante, argumente avec Marcus, sur votre gauche, une jeune fille d’à peine douze ans et un autre homme de trente, peut-être quarante ans sont assit en silence. Vous n’êtes pas très attentif à la conversation à cause du praeceptor de chaque enfant qui essaye de les rattraper et de leur faire apprendre quelque chose.  En suivant les enfants des yeux, vous finissez par croiser le regard de la jeune fille. Bien qu’elle ne soit de bonne famille et ne laisse rien transparaitre, vous comprenez à son petit tic nerveux qu’elle est totalement effrayée et perdu. Cette jeune fille, assise à côté de vous, vous l’apprendrez plus tard, elle va se fiancer dans les jours qui viennent. Un silence régnait dans la pièce après que l’accord se fit, jusqu’à ce que les pleures de Theia le déchire. Votre regard se pose à nouveau sur elle. Son praeceptor vient de lui expliquer que dans deux ans, ça serait son tour, et qu’elle ne reverrait plus sa grande soeur.

Deux ans plus tard, la petite Theia a énormément changé. Elle ne court plus avec ses frères, et ne pleure plus. Elle se tient droite, et ne fait pas un seul faux pas. Vous vous tenez sur le même cadre de porte par lequel vous l’avez vu après sa naissance. C’est le jour du mariage de Theia. Selon la tradition, son fiancé ne devrait plus tarder. Et pourtant, instinctivement, vous savez. Ce mariage n’aura jamais lieu. La mariée, dans sa merveilleuse robe blanche, ne fera jamais son apparition. Et vous le savez. Parce que ce mariage n’aurait jamais du avoir lieu, et que c’était déjà écrit bien avant sa naissance. C’est sans doute la raison pour laquelle vous ne fûtes ni étonné de ne pas l’avoir au bras de son époux, ni d’apprendre qu’après avoir revêtue sa robe, personne ne l’a revu. Quelque part, au fond de vous, vous savez qu’elle n’est même plus à Rome. Son destin était déjà écrit, et personne n’échappe à son destin.


~ But I will hold on hope
Non, glaciale. Depuis combien de temps êtes-vous là ? La neige s’accumulait de plus en plus autour de vous. Il fait de plus en plus froid. Si vous ne mourez pas de faim, ça serait surement d’hypothermie. Etre patient, attendre le bon moment, vous n’avez pas la choix. Vous allez mourir, et vous en êtes conscient. Cette chose vous a poursuivit de Rome jusqu’ici, à Thebes.  Cette chose est plus qu’à quelques mètres. Vous n’avez qu’une chance, une seule. Devant vous, la cité majestueuse. Un pas de plus et vous êtes sauvé, un pas de plus et vous condamnez des enfants, des femmes, des hommes, des esclaves et d’autres êtres encore à la souffrance, la désolation et la mort. Alors vous restez là. Vous ne bougez plus, et vous êtes prêt à accueillir la mort comme une vielle amie. Après tout, c’est un peu ce qu’elle est. Et au moment fatidique, la peur n’existe même plus. Elle est là. Devant vous. Vous pouvez sentir sa respiration, son souffle, son impatience, et son envie de vous tuer. Et pourtant, vous ne bougez pas. L’obscurité naissante est votre atout. Si vous ne la voyez pas correctement, elle ne vous voit encore moins, parce qu’elle beaucoup plus énorme que vous. Les lumières commencent à s’élever de la ville, vous devez faire vite si vous souhaitez sauver les innocents. Mais en même temps, vous ne pouvez rien faire pour vous sauvez de cette situation de plus que d’attendre. Et soudainement, quand tout espoir vous semblait perdu, une flèche traversa l’obscurité pour aller se planter dans la gorge de la créature qui disparu presque aussitôt. Vous vous retournez et derrière vous, vous la voyez. Theia. Vous avez presque oublier que vous la suiviez. C’est elle qui vous avez conduit jusqu’à Thebes, parce que vous étiez en dangers et elle voulait vous aider. L’expression sur le visage de la jeune fille vous terrifie. Et pour cause, vous n’avez jamais vu un courage et une détermination aussi grande sur le visage d’une fillette aussi jeune. La créature qui vient d’abattre aurait pu faire trembler Ulysse lui même, mais pas cette fillette. Vous êtes terrorisé, et encore sous le choc, mais pas elle. Theia est très réactive, elle vous tire par le bras jusqu’à la cité et vous y laisse en sécurité. Et quelques parts au fond de vous, vous avez conscience que c’est la dernière fois que vous la reverrez mais vous êtes bien trop sous le choc pour la remercier ou même vous souciez de son avenir. Et pourtant, l’histoire de Theia ne s’arrête pas ici. La jeune fille retourne sur ses pas et récupère sa flèche. A l’époque, les femmes ne sont pas autorisées à être armée, mais elle a son arc et bien qu’il ne lui reste qu’une seule flèche à son carquois, elle a apprit à s’en servir assez pour réussir à survivre seule. Parce que maintenant, elle était seule et le resterait. Enfin, c’est ce qu’elle pensait. Elle n’était pas seule, et alors qu’elle disparaissait dans la nuit, son destin s’approchait de plus en plus d’elle, et bientôt, elle aurait un choix à faire. Un choix qui déciderait du reste de son existence. Un choix qu’elle était peut-être encore trop jeune pour faire…

« Qui êtes-vous ? » Theia avait passé la nuit à fuir. Quelqu’un l’a suivait depuis déjà plusieurs jours, et elle avait enfin trouver qui. La demoiselle fuyait toujours Rome avec la peur et la conviction qu’un jour, on viendrait la retrouver et on la forcerait à rentrer se marier. Elle était à Memphis quand son poursuivant la rattrapa. Theia refusait de croire qu’elle avait fait tout se chemin pour repartir en arrière et revenir à Rome. Elle pointait son arc armé de sa dernière flèche vers l’inconnu. « Je m’appelle Zoé. Et tu n’as pas à avoir peur de moi. Je suis comme toi. » Theia secoua la tête. Elle ne voulait pas croire la jeune fille devant elle et était totalement terrifiée. Zoé, si c’était bien son nom, ce dont Theia doutait, était une jeune fille dont l’âge approchait celui de Theia, elle portait un bandeau argenté dans ses cheveux qui étaient parsemés d’une mèche de la même couleur. Les vêtements qu’elle portait rappela à Theia la Grèce et elle comprit que Zoé n’était peut-être pas une ennemie. Si elle avait été à sa poursuite depuis Rome, elle porterait une toge romaine. Alors Theia baissa son arc. « C’est pas vrai. Vous n’êtes pas comme moi. » Si Theia ne menaçait plus Zoé, elle ne s’en méfiait pas moins pour autant. Aussi, quand Zoé fit un pas en avant vers elle, Theia recula de deux. « Pourquoi vous me suivez ? » Zoé tendit la main vers Theia, qui brandit aussitôt à nouveau son arc et pointa la flèche vers elle, pour lui tendre un parchemin qui parlait de la chasse et d’Artemis. Theia en avait jamais entendu parlé avant, elle prit le parchemin et lu avec attention. C’était une promesse de protection contre l’âge, la maladie, et la souffrance à condition de prêter allégeance à Artemis et de renoncer à l’amour et aux hommes. « Je suis une chasseresse de dame Artemis. Si tu as peur et que tu es seule, tu peux nous rejoindre. Dame Artemis accueille toutes les jeunes filles qui veulent se joindre à elle. Pour l’instant, il n’y a que moi et elle, mais on sera bientôt beaucoup. Et tu ne seras plus jamais seule. Les hommes ne pourront plus jamais te faire de mal. » A croire que Zoé avait lu dans les pensées de Theia. Cette dernière était tellement apeuré à l’idée de devoir rejoindre Rome à nouveau qu’elle ne prit pas le temps de réfléchir à la proposition. Après tout, elle avait entendu dire qu’Artemis était le nom que les grecs donnaient à Diane. Et si Diane était la déesse protectrices de toutes les jeunes vierges, elle n’aurait pas à se méfier d’elle. Pour vous, cela semble dingue de faire confiance à quelqu’un qui parle au nom d’un dieu aussi facilement, mais à l’époque, la croyance en les dieux étaient si fortes que personne n’oserait dire le nom d’un des dieux sans avoir peur de mourir par la suite d’en d’atroce souffrance pour avoir essayer de tromper quelqu’un en se servant d’eux. « Est-ce que… C’est vrai ? Je n’aurai plus rien à craindre des viri ? » Zoé hocha doucement la tête et Theia laissa tomber son arc pour la laisser se rapprocher d’elle. La jeune fille était fatiguée et avait incroyablement faim. Son voyage, sans avoir croisé la route de Zoé, l’aurait sûrement conduit à une mort certaine. « Je t’ai vu tué plusieurs créatures, tu es courageuses, et tu te sers bien de ton arc, mais si tu continues sans entrainement avec personnes, tu risques de tomber sur plus puissant que toi et de pas gagner le combat. Si tu veux te joindre à nous, je t’apprendrai à te battre comme il faut, et je t’apprendrai plein de chose importante. Tu n’auras plus jamais à avoir peur, tes soeurs de chasses seront toujours là. »  Theia hocha lentement la tête, essuyant d’un revers de la main les larmes qui avaient coulé sur ses joues. Zoé tendit sa mains à Theia pour l’inciter à la suivre, et la jeune fille la prit presque sans aucune hésitation. C’était la fin de son calvaire. Comment aurait-elle pu refuser ? « C’est d’accord, je me joins à vous. » Zoé conduisit Theia à Artemis et lui fit réciter un serment d’allégeance. Après ça, une jolie mèche argenté apparu dans les cheveux de Theia qu’elle coiffa aussitôt d’une jolie tresse. Elle avait trouvé une famille et n’aurait voulu la quitté pour rien au monde.

You have seen hell and made it back again. ~
Depuis qu’elle avait rejoint Artemis, Theia avait totalement perdu la notion du temps. Normalement, elle aurait du fêter son treizième anniversaire - ou peut-être était-ce son quatorzième ? - peut de temps après qu’elle ait rejoint la chasse, mais des mois étaient passés et elle n’avait pas l’impression de vieillir pour autant. Artemis avait dit que c’était normal et qu’il ne fallait pas s’en inquiéter. Après tout, ce n’était qu’une conséquence de plus à l’éternité. Au tout début, il n’y avait que Theia et Zoé, mais bientôt, il eut d’autres chasseresses qui les rejoignirent. Et la chasse pu réellement commencé. Contrairement à beaucoup d’autres immortelles et dieux, Artemis était une déesse très active et n’attendait pas des siècles sous prétexte qu’elle avait le temps pour faire les choses. C’est pourquoi, les chasseresses avaient toujours des créatures à chasser. Entre elles, elles s’amusaient même à se lancer des concours pour savoir laquelle gagnerait la chasse la première. Et à ce jeu là, Zoé était la meilleure, sans contestation de personne. Parfois, il arrivait à Theia d’emporter la victoire, mais personne n’était chasseresse aussi compétente que Zoé, et Theia avait beaucoup d’admiration pour elle. Le monde bouge et les gens changent. Theia apprit très tôt qu’elle ne pouvait pas se fier à ce qui l’entourait comme repère parce que parfois, elle avait l’impression de partir pendant un mois et en réalité, dix ans s’étaient écoulés. Et puis un jour, suivant dame Artemis dans sa chasse, elle revint à Rome. Au plus profond d’elle, Theia était encore totalement terrorisé à l’idée de pouvoir revoir ses parents et d’être contraint à retourner dans sa famille. Mais cette peur était vaine. Dame Artemis n’aurait jamais laissé Theia à ce si triste sort et surtout, les parents de Theia était tout le deux morts. Et elle l’a apprit en repassant devant cette petite maison au bout de la ruelle qui se dégageait des autres. A l’époque, cette petite maison était magnifique, maintenant, elle était totalement en ruine. Theia s’arrêta un long moment devant la porte d’entrée avant de revenir dans cette maison où elle avait grandit avec ses frères et soeurs. Combien d’années s’étaient-ils écoulés ? Et la réalité frappa Theia comme une lame glacé qui lui aurait perforé le coeur. Peut importe ce qu’elle faisait maintenant, elle restera Theia, jeune fille de douze ans, treize au plus, alors que les gens qu’elle avait connu et qu’elle avait aimé, eux, ils vieillissaient et finirait par mourir. Est-ce qu’ils ne l’étaient pas déjà tous ? « Theia, ça ne va pas ? » Zoé était entrée juste après elle, et ne comprenait pas toute à fait la réaction de Theia. Depuis qu’elle avait rejoint les chasseresses, Theia n’avait quasiment rien dit sûr elle et sur sa famille. D’ailleurs, Zoé n’en avait pas dit plus à Theia. « C’était ma maison avant. Tu crois que ma famille est entièrement… Morte ? » Theia regarda Zoé les yeux remplit de larmes. C’est la première fois qu’elle avait réellement à faire face à la mort et même si c’était son choix de fuir sa famille, l’épreuve était tout aussi dur pour Theia que n’importe quelle personne qui aurait du avoir à faire face à la mort de toute sa famille. Elle en vint presque à regretter son choix. Si elle n’avait pas rejoint Artemis, elle aurait pu les revoir une dernière fois, au moins. Alors, Zoé la prit dans ses bras. Ca aussi, Theia n’avait pas l’habitude de le faire, mais elle fondit en larmes en serrant Zoé dans ses bras. « Je suis désolée Theia. Ca fait déjà presque soixante-dix ans que tu as rejoints la chasse, je ne pense pas que ta famille soit encore en vie. C’est le prix à payer pour être éternel. » Theia resta dans les bras de Zoé encore un moment avant de se reprendre. Ce soir là, elle raconta son histoire entière à Zoé qui en fit de même. C’était la première fois que Theia se confiait à quelqu’un, quelqu’un se confiait à elle et que quelqu’un évoquait que l’amour n’était pas un mythe.

Et puis la chasse reprit doucement son cours. Bientôt, Theia ne pensa même plus à sa famille défunte. Le temps s’écoulait en un battement de cil et l’empire Grec tomba, puis se fut le tour de l’empire Romain. Petit à petit, le berceau de la civilisation se déplaça vers l’Ouest pour venir se loger en France. Theia adora la France. C’était un pays plein de surprise et de rebondissement. Ce qu’on avait dit sur la Gaule et les Gaulois quand elle était jeune était totalement faux. Les français était un peuple très noble et raffiné. Enfin, ça s’était vrai que quand on avait assez de chance pour venir au monde dans une famille de bourgeois. quand ce n’était pas le cas, on n’avait pas le même niveau de vie et les choses ne se passaient pas du tout de la même façon. Heureusement, il y avait des gens comme Chrétien de Troyes pour relever le niveau avec l’art de l’écriture parce que les conflits et guerres de religions ne firent que de se multiplier. Cela attrista d’ailleurs beaucoup Theia. Les gens ne croyaient plus aux dieux. Ils étaient maintenant convaincu qu’il n’existait qu’un seul dieu unique. Dame Artemis expliqua à Theia que c’était l’évolution de la pensée humaine et qu’on ne pouvait pas changer la pensée humaine. Alors Theia du rester à l’écart sans intervenir même quand des choses horribles se passaient. Parce que c’était prévu comme ça et que si elle intervenait les choses seraient encore pire. Et puis le travaille d’une chasseresse n’est pas d’intervenir dans la vie des hommes mais de chasser. Alors bien que cela lui brise le coeur, Theia continua de chasser avec ses camarades.  


~ Time is just a illusion
« Pourquoi les hommes ressentent toujours le besoin de revenir en arrière, Dame Artemis ? » Theia était l’une des rares chasseresses qui osaient poser des questions à Artemis. Les autres passaient surtout beaucoup de temps à se taire et subir. Pas Theia. La jeune fille a toujours été curieuse et désireuse de découvrir le monde qui l’entoure. Avec les siècles qui s’écoulaient, Theia avait développé une véritable passion pour ce monde qui lui paraissait pourtant si mystérieux et étrange à toujours changer et évoluer pour aller vers quelque chose de tellement différent et sans cesse revenir en arrière… « Les hommes sont curieux, demi-déesse, ils changent tous le temps d’avis et pensent souvent que c’est en revenant sur leurs pas qu’ils avancent le mieux. Ce n’est pas toujours vrai, mais la croyance qu’ils ont pour ça est vraiment fascinante. » Theia hocha la tête, elle comprenait ce que voulait dire la déesse et était d’accord avec elle, les hommes étaient fascinants dans leurs besoins de toujours revenir en arrière. L’avantage au moins, c’est que les dieux grecs revinrent à la bouche des hommes même s’ils n’avaient plus la même importance, il revenait à la vie petit à petit grâce à eux. « Est-ce que vous pensez qu’un jour on reviendra à l’âge d’or autour de la Mare Nostrum ? » Artemis regarda Theia, parfois, elle oubliait que la jeune fille était romaine et ne parlait pas autant le grec que le latin. Mais c’était une vraie question et une question légitime qu’elle posait. Il aurait été faux de dire que Theia était la seule chasseresse à s’être jamais demander si le monde redeviendrait comme dans l’antiquité. « Je ne pense pas. Les hommes ne reviennent jamais assez en arrière pour y retrouver le meilleur. Il se contente de ce qu’ils pensaient être bon, le modifie et repartent sur autre chose à refaire. C’est comme ça depuis longtemps, tu sais. Les romains ont fait la même chose avec les grecs, même si tu peux avoir du mal à le croire, ton peuple en a copié un autre, et c’était déjà le cas pour ce peuple aussi. »  Les autres chasseresses exploraient déjà Florence dans sa plus belle période, la renaissance, tant dis que la jeune Theia était assise au près de la déesse à qui elle vouait maintenant toute sa vie et admirait le paysage majestueux qui s’offrait à elle. L’Italie avait tant changé depuis son enfance… Parfois, Theia se perdait à imaginer le monde comme il l’était à l’époque et se demandait si il aurait été possible de vivre dans un monde si différent du sien sans ses les chasseresses et dame Artemis à ses côtés. La déesse ordonna ensuite à la jeune fille d’aller se promener avec les autres, parce que le temps et quelque chose de précieux et qui ne se remplace pas, même pour un être immortel. Ce que fit Theia. Stupéfaite de découvrir un monde où les femmes et les hommes pouvaient sortir dehors, et où ils semblaient presque égaux. Les rues de la petites villes où elle était, étaient remplis et les habitations étaient tellement différentes de sa petite maison au bout d’une petite ruelle… Et puis Theia finit par le trouver, presque par accident, Leonard De Vinci. Theia n’a jamais admiré ou respecté un seul homme tout au long de sa vie et ce ne sera pas lui le premier qu’elle admira, mais son travaille l’intrigua. Il était plus intelligent que les autres, et quelque chose chez lui lui prouva surtout que les hommes pouvaient aller de l’avant et comprendre leurs erreurs. Ce jours là, Theia fut plus clémente envers l’humanité.

Theia perdit un temps fou dans l’atelier du peintre avant de le rencontrer en personne. La jeune fille prit peur quand il lui adressa la parole, mais il était qu’un mortel à ses yeux, et menacer un mortel c’était mal parce qu’il ne peut et ne pourra jamais se défendre contre elle, alors elle se contenta de prendre de la distance et de se tenir à l’exacte opposé de Leonard, prête à fuir par la fenêtre s’il s’approchait. Elle écouta avec attention le peintre lui décrire ses projets - c’est fou ce qu’il pouvait être narcissique celui là - pendant une bonne demi-heure comme étant l’introduction qu’il faisait de lui-même, puis, après s’être excusé, elle repartie avec les chasseresses. Avant d’entre la voix du peintre, Theia n’avait pas adressé la parole à un homme depuis plus de miles ans. Et elle ne parla plus à un homme avant plusieurs siècles, à nouveau. Les chasseresses prièrent la route le lendemain et avant même que Theia ait eu le temps de s’en rendre compte, elle était maintenant à Vienne. Apollon avait insisté au près d’Artemis pour qu’elle vienne voir son nouveau prodige, un certain Wolfgang. Theia n’aimait pas beaucoup Apollon, comme les autres chasseresses d’ailleurs. Plusieurs fois, il avait essayé de lui faire rompre ses voeux mais Theia n’a jamais cédé. C’était pas son destin de le faire. Alors malgré de vive protestation - seul moment où Theia se permettait de contester les ordres de dame Artemis - elle dut se rendre à Vienne pour entendre jouer le petit Mozart. A l’époque, la réputation qu’il avait était absolument médiocre. Il était connu pour être à la fois alcoolique et libertin. Tous ce que Theia détestait le plus au monde. Et pourtant, après le concert qu’à donner Wolfgang, elle comprit pourquoi Apollon le surnommait Amadeus. C’est vrai que la musique qu’il jouait était absolument divine. Alors Theia comprit que parfois, les pires personnes peuvent faire les choses les plus belles au monde, et à nouveau, son esprit s’ouvrit un peu plus. Elle comprenait maintenant pourquoi les hommes avaient autant leurs places sur cette planète. Le monde n’était pas entièrement blanc ou entièrement noir, il était plutôt une nuance de gris.  

When you're gone ~
Et puis le monde a changé radicalement. Les voitures, les téléphones, la télévisions… Les hommes ont peut-être cessé de revenir en arrière finalement. Enfin, ça, c’est ce que Theia pensait puis il y a eut les deux grandes guerres. Les hommes étaient tellement sous l’influence des dieux qu’ils ne se rendaient même plus compte qu’ils existaient et se battaient sans relâche stupidement. Theia les observa s’auto-détruire à deux reprises. A croire qu’ils ne comprenaient rien de leurs erreurs passées. C’est stupide et elle ne voulait pas prendre part. Aucune chasseresse ne voulait prendre part. Et puis finalement, elle fut obligée. Un imbécile proféra des insultes à l’encontre d’Artemis et voilà que les chasseresses se mêlent des affaires des hommes. C’est bien la première fois qu’on vit des femmes se battre sur un champ de bataille. La deuxième guerre mondiale détruisit tout sur son passage et nombreuses sont les soeurs de Theia qui sont tombées au combat. La jeune fille le savait, il n’y a qu’à la guerre qu’elles peuvent réellement mourir, mais c’était injuste. Elles étaient fidèles à Artemis, certaines la servaient depuis presque deux miles ans, et elles étaient quand même mortes. Ce jour là, Theia condamna définitivement les hommes. Il est vrai qu’il existait, existe et existera des exceptions mais la guerre fit réaliser à Theia a quel point l’homme pouvait être cupide et avide de pouvoir. Il tuait sans raison juste pour avoir un peu plus de territoire ou un peu plus d’autorité et dans quel but ? A quoi ça peut servir d’avoir du pouvoir ou du territoire si tous le monde est mort ? La logique de la guerre échappait totalement à Theia, et pourtant, elle n’était pas stupide et la connaissait depuis sa naissance.  Elle pouvait comprendre qu’on se défende quand on nous attaque ou qu’on puisse attaquer quelqu’un qui nous veut du mal, pas qu’on puisse mêler tout un pays et une population à ça. Theia s’est toujours dit que les conflits devraient être réglés entre les chefs de gouvernement dans un bureau et avec personne d’autre qu’eux. Et puis si les négociations ne menaient nul part, ils pouvaient toujours décider de se battre entre eux et de céder tout le reste aux autres, mais se battre pour ce genre de chose et condamner des centaines voir des milliers de personnes à la mort, c’est inimaginable et digne d’une folie sans nom. Intérieurement, Theia se promit de venger chacune de ses soeurs tombées au combat. Alors bien qu’elle soit totalement opposé à la guerre, elle se battit jusqu’à ce que le nom de ses soeurs soient vengés et qu'elle soit sûre qu’aucune autre ne périra plus de la main d’un homme.

Mais le monde ne se calma pas pour autant. Bientôt, la terre commença à s’agiter et plein de choses changèrent. Les monstres revenaient plus nombreux et la chasse s’intensifia d’un seul coup. Les chasseresses se retrouvèrent très vite diminuer de moitié. Le nom de Chronos revint des profondeurs du Tartare. Artemis ne voulait pas mêler les chasseresses à cette quête et cette prophétie, mais elles le furent malgré elles car en voulant les protéger, elle ne fit que les exposer au danger. Les chasseresses furent placées à la colonie des sang-mêlés avec la nouvelle, Bianca. Son frère faisait totalement peur à Theia, avec le temps, elle avait apprit à ressentir ce que les gens dégageaient et lui, en l’occurrence, il dégageait quelque chose de terrifiant et au fond d’elle, Theia savait qu’il finirait par devenir quelqu’un de très sombres tôt ou tard. Theia détestait par dessus tout devoir séjourner à la colonie en grande partie à cause des Aphrodite. Elles pensaient dures comme fer que le véritable amour existe quelque part. L’amour, ça n’existe pas. Et ça, Theia le savait au fond d’elle. Alors quand Chiron imposa un capture l’étendard, Theia se donna à coeur joie pour la victoire des chasseresses, il était hors de question qu’une simple Aphrodite puisse emporter la victoire, ça non. Et toutes les chasseresses pensaient comme Theia, la victoire était gagnée. Et puis la vielle momie arriva et lança une prophétie sur la disparition de dame Artemis. Zoé prit toute suite l’initiative et partie avec Bianca. Il est vrai qu’elle avait un énorme potentielle, et Theia n’aurait jamais dit le contraire. Elle ne fut même pas vexée de voir sa meilleure amie choisir quelqu’un d’autre. Au contraire, elle fut honorée de voir que Zoé lui faisait assez confiance pour lui demander de veiller sur les chasseresses, ce qu’elle fit aussi. Et Dame Artemis finit par rentrer. Sans Bianca, sans Zoé. Et le monde de Theia s’effondra. Jusqu’à présent, elle vivait uniquement grâce à ses soeurs mais maintenant, toutes celles qui étaient là depuis le début, avec elle, avec Zoé, elles étaient toutes mortes. Theia était toute seule, sans personne. Même Ruby, son amie, ne pouvait pas l’aider. Et personne ne le pourrait. La seule chose qui l’aida, c’était de savoir qu’elle avait aidé à botter le derrière de Chronos. Elle ne fut pas la lieutenante d’Artemis, et quelque part, Theia remercia la déesse de ne pas lui avoir donné se rôle. Pour elle, il n’y avait que Zoé pour être à cette place, et prendre sa place, c’était impensable aux yeux de Theia. Zoé était irremplaçable et jamais elle ne pourrait l’oublier ou dire avec des mots exactes à quelques points la perte de son ami était douloureuse. Et quelque part, Theia n’avait plus envie de poursuivre la chasse. ‘Tu n’auras plus jamais à avoir peur, tes soeurs de chasses seront toujours là’ Les paroles de Zoé ne cessaient de tourner et retourner dans l’esprit de Theia. Ses soeurs seront toujours là… Trop de ses soeurs étaient mortes, trop avaient disparu et même Zoé avaient finit par l’abandonner… Alors comment avait-elle pu lui promettre une chose aussi irréalisable ? Comme Theia avait-elle pu le croire ? Les mois qui suivirent la fin de la guerre contre Chronos, Theia ne cessa pas un instant de pleurer. Elle était brisée, et la souffrance ne faisait que de la noyer un peu plus dans cette immense océan de solitude.


~ I don't want to see you go
Les années commencèrent à s’écouler depuis la perte de Zoé et quelque part, Theia n’était pas sûre d’être totalement guérit de sa mort. Mais la vie continuait. Et avec tout ce qui s’était passé, même après avoir battu les ennemis qualifiés comme les pires au monde, certaines créatures très anciennes ne s’étaient toujours pas rendormir dans les profondeurs du Tartare. Et c’était le rôle des chasseresses de les tuer. Au départ, il y a deux miles trois cent et quelques années, Theia compatissait pour les créatures qu’elle tuait. Plus maintenant. Au contraire, elle s’était même prise au jeu, et servir Artemis était devenue son activité préféré. La chasse était réellement quelque chose qu’elle trouvait passionnant. Avec les autres chasseresses, elles se lançaient même des défies pour savoir qui abattrait quelle créature en premier. Et c’est comme ça que tout commença. Theia était en compétition avec toutes ses soeurs sur la pistes d’une créature au moins aussi dangereuse qu’ancienne. De celle-ci, il fallait se méfier. Et Theia le savait parce qu’elle avait déjà eu à la combattre plusieurs fois au long de sa vie. La jeune fille était sur s’est garde et ne se laissa pas toucher une seule fois avant qu’une de ses soeurs fut déconcentré par quelque chose que Theia n’eut pas le temps de voir car elle fut blessée au même instant. La panique gagna alors la jeune chasseresse qui s’écroula d’un seul coup. Heureusement, ses loups étaient toujours aussi fidèle et vinrent toute suite à son secours. Elle n’était plus sur le champ de bataille, mais l’air commença à lui manquer, elle suffoqua. Ses pensées s’affolèrent. Si elle était touchée gravement, elle perdrait la vie. Peut-être qu’elle n’était pas - malgré l’égoïsme que cela peut impliquer - prête à mourir. Son devoir était de servir Artemis et Theia ne pouvait admettre une autre mort que celle à qui on pourrait lui donner du sens parce qu’elle aurait servit à sauver dame Artemis. Theia n’était pas morte, elle était encore vivante, et elle voulait crier à ses soeurs de venir l’aider, mais ça n’aurait été qu’en vain. Car même si elle aurait pu le faire, Theia n’aurait jamais pu interrompre la chasse. Après tout, c’était le serment qu’elle avait fait, son dernier souffle serait sur un champ de bataille. Une larme coula le long de la joue de Theia. Elle souffrait. La force commençait à lui manquer, elle ne pouvait plus faire un seul petit geste quand ses loups se mirent à grogner. Elle ne vit pas l’étranger s’approcher d’elle avant qu’il ne penche son visage au dessus du sien. L’effroi se lit alors dans le regard de Theia. Elle trouva juste assez de force pour essayer de le repousser. Il ne pouvait pas et n’avait pas le droit de poser ses mains sur elle. Elle était une chasseresse et son serment ne pouvait en aucun cas être brisé. A ce moment précis, Theia envisagea même d’attraper une flèche dans son carquois à côté d’elle et de se la planter en plein coeur car la mort était plus acceptable que la proximité qu’avait créé le jeune homme aux yeux bleus. Mais la force lui manqua, alors elle cessa de se débattre. Qu’une chose soit claire : Theia n’avait aucunement confiance en cette personne qu’elle venait à peine de rencontrer et ne voulait pas avaler quoique ce soit ou le laisser à nouveau poser ses mains sur car si ce n’était rien de grave en soit, elle y voyait ici comme une promesse rompue qu’elle s’était faite à elle et par extension, de son serment à Artemis. Malheureusement, le temps commença à manquer, et elle ne respirait vraiment plus du tout, elle fut donc obligée et contrainte d’obéir. L’effroi et la panique se lisaient encore sur le visage de Theia, et ce, bien après qu’elle ait perdu connaissance…

Et se fut le blanc total. Theia ne sut pas et ne saura probablement jamais combien de temps elle est restée inconsciente, allonger sur le sol. Peut-être que les autres chasseresses étaient déjà même parties. Et elle, elle était là, étendue sur le sol à ne pas bouger. Quand elle fut enfin libre de ses mouvements, elle était dans la neige. Tout était blanc autour d’elle. Doucement, Theia se releva et découvrir la même forêt dans laquelle elle s’était battue avec ses soeurs un peu plutôt à la seule différence que plus aucune chasseresse n’était là. Elle était seule. Theia a toujours eu peur de se retrouver seule. C’est sûrement pour ça que l’idée de mourir la paralysait totalement. Elle ne pouvait pas et ne voulait pas imaginer une vie loin de la chasse et de dame Artemis. Elle lui avait sauvé la vie, et Theia en était consciente. Jamais elle n’aurait pu dire à la déesse à quel point elle lui était redevable. Alors elle avait essayé de devenir la meilleure chasseresse qu’elle pouvait être. Certes, ces derniers temps, c’était chose assez compliquée. Theia n’avait plus autant d’attrait pour la chasse qu’avant. Mais pour rien au monde elle aurait quitté Artemis et c’est précisément parce que la jeune fille était d’une loyauté sans faille à Artemis qu’aucun des loups ne bougeaient autour d’elle. Dans ce vaste étendu de neige, Theia commença a paniqué. Et si elle était morte finalement ? Que lui dirait Zoé ? Elle serait probablement déçue devoir sa meilleure amie être morte aussi stupidement et surtout de savoir qu’elle serait morte sans avoir éviter que la main d’un homme ne se pose sur elle. Ca aurait été à la fois sacrilège et déshonneur le plus total pour elle. Theia imaginait déjà sa meilleure amie apparaitre devant elle sous une forme spectrale pour lui dire à quel point elle a été faible de ne pas se donner la mort plutôt que de se soumettre à ce que le jeune homme aux yeux bleus avait dit. Mais Zoé n’apparut pas. D’ailleurs, personne n’apparut. Elle était totalement seule, même les juges des morts ou Pluton n’étaient pas là. Alors Theia comprit. C’était sa punition. Elle était punie pour avoir faillit à son devoir de chasseresse. Elle serait condamné à errer sans but dans se paysage blanc jusqu’à la fin des temps. Et si c’était la punition que sa déesse lui infligeait pour manquement, elle était totalement prête à l’accepter. Parce que même à cet instant, il n’y avait qu’Artemis qui comptait. Et Theia avait faillit à son devoir de la protéger et de la servir. Elle méritait donc d’être punie et condamner à vivre dans la peur et la solitude éternelle. Theia ferma les yeux et se laissa tomber à terre. Elle prit son visage entre ses mains et les larmes commencèrent à couler. Chacun de ses pires cauchemars prient réalité… Au plus profond d’elle, Theia espéra que ses soeurs étaient encore vivantes et que dame Artemis n’était pas en danger.


~ And in that moment i swear we were infinite
Quand Theia ouvrit à nouveau les yeux, elle était revenue dans la réalité. La nuit était tombée, et elle était encore allongé par terre, le jeune homme, et ses loups près d’elle. Lorsqu’elle réalisa se dernier point, Theia recula brusquement pour s’éloigner le plus possible de l’individu qu’elle considérait comme étant potentiellement dangereux. Elle prit le temps de le dévisager puis lança un regard inquiet à ses loups pendant que le brun aux yeux bleus lui demanda comment elle allait. Il faut dire que la chasseresse était totalement tétanisée. « Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ? » Et voilà, deux miles trois cents quatre-vingt cinq de mutisme face aux hommes réduit à néant en quelques secondes.  Instinctivement, Theia fit apparaitre son arc armée d’une flèche dans sa main, juste au cas où, sans pour autant le menacer. « - Je m'appelle Aymeric. Je... vous étiez en train d'étouffer, et je ne pouvais pas vous laisser comme ça. Du coup, j'ai fais le nécessaire. » Au fond d’elle, la jeune fille savait qu’il disait vrai. Mais la peur était toujours présente. Ca peut paraitre absurde, mais à son époque, on aurait très bien pu la forcer à épouser un garçon de son âge - m’enfin, si elle avait pas été de bonne famille - alors la peur était peut-être intense soit peu justifiée. « Aymeric… Les autres doivent me croire morte… Je dois les retrouver. Mais… Je peux le laisser ici ? Est-ce qu’il ne risque pas de se faire tuer ? » Theia fronça les sourcils. Depuis qu’elle avait commencé à observer les hommes, jamais elle n’en avait vu un capable devenir en aide à quelqu’un d’autre. « - En vérité, elles sont parties depuis des heures. Il y avait l'espèce de spectre, et je ne sais pas si elles l'ont tué ou non, comme elles étaient loin. Mais à un moment, comme je n'ai plus rien entendu, j'ai compris qu'elles étaient parties. » Theia écarquilla les yeux. « Vous l’avez… vu ? » Son esprit se mit à fonctionner à deux cent à l’heure. Il n’y a que deux types de personnes qui auraient pu voir cette créature sans être une chasseresse et Theia savait de quel catégorie Aymeric était. « Il faut que vous veniez avec moi, vous êtes en danger mortel ici. Dame Artemis… Elle sera quoi faire de vous. » Theia ordonna à ses loups de se rassembler autour d'elle pour l'escorter parce que si elle était guérit, elle n'avait pas encore récupéré toutes ses forces. « - Mais... je ne peux pas ! La créature ne m'a pas vu, donc ce n'est pas grave. Si je rentre chez moi, elle ne le saura pas, je pense. Et partir comme ça, je ne sais pas où, ou... » Theia soupira. Parfois, elle oubliait la stupidité des hommes. Même face au danger, ils pouvaient se jeter tête baissée sans jamais réfléchir. « Ecoutez, c’est difficile à croire, mais vous-êtes vraiment en danger. Le problème n’est pas que la créature vous ait vu ou non, à l’heure qu’il est, elle doit surement déjà être morte. Le problème, c’est que vous l’avez vu et que bientôt… Il y en aura d’autres. Il faut partir avant qu’elles nous trouvent. »A croire que Theia avait apprit à se montrer convaincante parce que le jeune homme finit par dire. « - D'accord ! On va où ? »  Il sourit, elle fait la grimace. Non, décidément, elle n’était pas prête pour une épreuve comme celle-ci. Si Artemis testait sa loyauté, Theia lui dirait deux mots. « Je m’appelle Theia. Je suis une chasseresse. Mon rôle, c’est de tuer les créatures comme celle de tout à l’heure. Mes soeurs ont du suivre la piste d’une autre créature, on va les traquer. Ne vous éloignez pas parce que si je vous perds de vue, je considérerai que vous avez préféré mourir. » Theia commença à s’avancer puis elle ajouta. « Mais ne vous approchez pas de trop près ou un des mes camarades risque de vous sauter à la gorge. Je n’ai pas le droit à la compagnie des hommes. » Aymeric osa demander à Theia si être un homme, c’était mal. Elle ne répondit pas et se contenta d’avancer. Quelque chose chez lui était différent de chez les autres hommes, alors, elle décida de ne pas lui infliger son discours sur ce qu’elle pensait vraiment. La froideur de la nuit ramena Theia sur le bond fil de pensée. Si elle se perdait à savoir si oui ou non l’individu qui la suivait était quelqu’un de bien, elle finirait par remettre en cause tout ce en quoi elle avait cru. Pourtant, elle lui devait la vie et en était consciente. Certes, elle ne le remercia pas d’avoir risqué d’être tué pour ou du moins à cause d’elle, mais elle, Theia Athela Dawson dont l’idée même que dame Artemis puisse avoir un frère dégoutait, accorde un peu de temps à un homme prouvait, en soit, sa reconnaissance.

Et le point de vue de Theia changea totalement sur les hommes. Pour la première fois depuis deux miles trois cents quatre-vingt cinq ans, Theia considéra la possibilité d’éprouver un sentiment positif pour un homme. Et puis, elle en avait besoin. Aymeric était comme une bouffée d’air frai pour Theia, et il était tellement adorable avec elle qu’elle s’y attacha beaucoup plus que prévu. Il devint très vite son meilleur ami. Souvent, elle faisait semblant de ne pas aimer la présence d’Aymeric ou de ne pas vouloir le voir, mais en vérité, elle était totalement passionnée par la façon d’agir du fils d’Esuclape. Elle passait souvent des heures à l’infirmerie pour le regarder soigner les autres et essayer de comprendre ce qu’il pouvait se passer dans son esprit. Bien sûr, Theia n’était pas amoureuse. C’était juste la première fois qu’elle avait un ami aussi proche d’elle et auquel elle tenait autant qui n’était pas une de ses soeurs ou membre de la chasse. Et puis, Theia a toujours été fasciné par la façon dont les hommes voient le monde qui les entourent et ce jeune homme là, il n’était pas comme les autres, et Theia l’avait comprit à la seconde même où elle l’avait vu. Le plus étrange dans tout ça, c’est que les pensionnaires du camp Jupiter passaient toutes la journée et défilaient sans même lui dire bonjour ou au revoir. Il n’avait même pas le droit à un merci. En réalité, c’est un peu comme si il était invisible. Et le plus étrange encore, c’est que les autres voyaient bien Theia, parfois, ils la regardaient même d’un mauvais oeil, mais Aymeric, lui, ne remarquait jamais sa présence avant qu’elle ne commence à mettre le bazar dans ses affaires. C’était d’ailleurs le jeu préféré de Theia en dehors de la chasse. Parfois, elle venait à l’infirmerie juste pour jouer avec les petites fioles et voir Aymeric se mettre en colère parce qu’elle a mélangé les étiquettes ou qu’elle a bu quelque chose qui lui a fait poussé des oreilles de chat. Et après tout, c’était sa faute, on ne laisse pas trainer ce genre de choses à la vue des autres. Parce que oui, pour Theia, laisser une fiole cacher dans une boite fermée à clef, avec une clef cachée dans le nounours préféré d’Aymeric, et qui se trouve dans la plus haute étagère, pour Theia, c’est la mettre en évidence. Finalement, le seul regret de Theia, c’était qu’Aymeric ne puisse pas se joindre à la chasse. Il lui manquait beaucoup quand elle devait partir et à chaque fois qu’elle revenait au camp Jupiter lui rendre visite, elle avait peur qu’il n’ait trop vieillit pour rester son ami, ou pire, qu’il soit déjà parti à cause de son âge trop avancé. Parce que Theia était consciente qu’à un moment, elle ne pourrait plus être chasseresse et amie avec Aymeric, mais le jour où se problème ferait son apparition, Theia s’était promit de trouver une solution, parce qu’elle ne voulait plus perdre quelqu’un qu’elle aimait et qu’Aymeric était la personne la plus proche d’elle, maintenant et depuis la mort de Zoé.


© _Viviie.





I HATE YOU. DON'T LEAVE ME.
Alors j'enfile une veste et un verre de vodka et tant pis si j'empeste la trouille et le tabac. Je danse jusqu'à rire, la nuit la vie et moins pire. J'ai moins peur à vrai dire des vampires que de ton souvenir. Et on s'en fous de nos raisons la nuit se pose moins de question©.mad love


Dernière édition par Theia A. Dawson le Sam 25 Oct - 11:43, édité 51 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Not all who wander are lost.

avatar

Proud to be me.

Not all who wander are lost.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 1034
✘ Orientation Sexuelle : Pas vraiment définie, on va dire.
✘ Lieu de vie : Quelque part sur terre
✘ Where I am : Je ne sais pas, je vais regarder sur la Carte des Maraudeurs.
Date d'inscription : 25/05/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
298/500  (298/500)





MessageSujet: Re: If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia. Mer 22 Oct - 4:45

Rebienvenue, merveilleuse Theia ! cheers
En plus c'est moi qui fait ta ficheuh. Voui. Bril


Now I'm dead inside
Now my mistakes are haunting me
Like winter came and put a freeze on my heart
I've lost the power to understand
What it takes to be a man with my heart
But now I fear I've lost my spark
No more glowing in the dark for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In the end everything matters.

avatar

Proud to be me.

In the end everything matters.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 1587
✘ Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle.
✘ Lieu de vie : Tokyo
✘ Where I am : Anywhere you won't follow me. ~
✘ DC : Scorpius H. Malfoy, Asa E. Chobsky, A. Lorenzo Savy, Nico Di Angelo.
✘ Liens :
Les indispensables.

Anthéa Atkins Never forget.
Enzo Aksakov Need you.

Les anciens camarades de chasse.

Aymeric ChanceA définir.
Lancelot J. EverlyA définir.

Ceux qui ont représenté quelque chose.

Rachel E. DareA définir.
Elena L. SalvatoreA définir.

Ceux avec qui ça n'a jamais été.

Heathcliff E. PowellsA définir.
Astrid A. Malfoy ∞ A définir.
Date d'inscription : 25/05/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
402/500  (402/500)





MessageSujet: Re: If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia. Mer 22 Oct - 9:47

Marchi. **.
Mais tu sais, ça va être long donc ça prendra un peu de temps. **.



I HATE YOU. DON'T LEAVE ME.
Alors j'enfile une veste et un verre de vodka et tant pis si j'empeste la trouille et le tabac. Je danse jusqu'à rire, la nuit la vie et moins pire. J'ai moins peur à vrai dire des vampires que de ton souvenir. Et on s'en fous de nos raisons la nuit se pose moins de question©.mad love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Not all who wander are lost.

avatar

Proud to be me.

Not all who wander are lost.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 1034
✘ Orientation Sexuelle : Pas vraiment définie, on va dire.
✘ Lieu de vie : Quelque part sur terre
✘ Where I am : Je ne sais pas, je vais regarder sur la Carte des Maraudeurs.
Date d'inscription : 25/05/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
298/500  (298/500)





MessageSujet: Re: If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia. Sam 25 Oct - 14:24







Bravo jeune chasseresse, tu es à présent validée !
Ω

x x x

Tu disais que ta fiche n'étais pas entièrement finie mais pourtant, ça ne choque absolument pas. Au contraire, je trouve que c'est coupé au bon moment. Ca laisse du suspens sur ce qui arrive après, et le lecteur peut tout imaginer. Garder des parties secrètes, c'est bien aussi. **
Pour ce qui est du contenu de ta fiche, tu sais très bien que je le trouve merveilleux ( c'est ma fiche préférée de toutes celles qui ont été postées ), l'histoire est super intéressante, longue, complète. On comprend qui est Theia. Et elle est super. Donc bienvenue, chasseresse ! *^*
   


Maintenant que tu es inscrit(e), tu fais partie des nôtres ! Une bonne nouvelle, non ? Tu vas pouvoir RP, poster dans le flood... Mais avant, ça, il y a quelques petites choses à faire.
Pour commencer, viens lire le règlement et le contexte ici et ( même si cela a sûrement déjà été fait avant ton inscription, pas vrai ? Ensuite, vas recenser ton avatar ici, ouvrir une fiche de liens pour avoir des amis, crées-toi une fiche de RP ici, et regarde dans quels clubs tu pourrais t'inscrire . Tu pourras ensuite RP comme tu veux !
N'oublie pas une chose, amuse-toi !

BY .TITANIUMWAY



Now I'm dead inside
Now my mistakes are haunting me
Like winter came and put a freeze on my heart
I've lost the power to understand
What it takes to be a man with my heart
But now I fear I've lost my spark
No more glowing in the dark for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In the end everything matters.

avatar

Proud to be me.

In the end everything matters.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 1587
✘ Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle.
✘ Lieu de vie : Tokyo
✘ Where I am : Anywhere you won't follow me. ~
✘ DC : Scorpius H. Malfoy, Asa E. Chobsky, A. Lorenzo Savy, Nico Di Angelo.
✘ Liens :
Les indispensables.

Anthéa Atkins Never forget.
Enzo Aksakov Need you.

Les anciens camarades de chasse.

Aymeric ChanceA définir.
Lancelot J. EverlyA définir.

Ceux qui ont représenté quelque chose.

Rachel E. DareA définir.
Elena L. SalvatoreA définir.

Ceux avec qui ça n'a jamais été.

Heathcliff E. PowellsA définir.
Astrid A. Malfoy ∞ A définir.
Date d'inscription : 25/05/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
402/500  (402/500)





MessageSujet: Re: If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia. Sam 7 Mar - 21:01

MAJ - Theia a maintenant non plus 13 ans, mais 15.



I HATE YOU. DON'T LEAVE ME.
Alors j'enfile une veste et un verre de vodka et tant pis si j'empeste la trouille et le tabac. Je danse jusqu'à rire, la nuit la vie et moins pire. J'ai moins peur à vrai dire des vampires que de ton souvenir. Et on s'en fous de nos raisons la nuit se pose moins de question©.mad love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Proud to be me.

Want to know who I am ?

A little more ?





MessageSujet: Re: If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia.

Revenir en haut Aller en bas

If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia.
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ανακλυσμός :: In the beginning. :: Carte d'identité. :: Nos super-héros.-