Anaklumos a fermé ses portes pour laisser place à une nouvelle ère: Anatlandide. Rejoignez nous ici !
Aphrodite et ses rumeurs

Partagez|

Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

I realize now that dying is easy. Living is hard.

avatar

Proud to be me.

I realize now that dying is easy. Living is hard.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 655
✘ Orientation Sexuelle : Bisexuelle.
✘ Lieu de vie : Tokyo
✘ Where I am : Somewhere, I suppose
✘ DC : Theia, Nico, Asa, Lorenzo.
✘ Liens :
Les indispensables.

Hope BluefieldA définir.
Lucas I. Torrão A définir.

Ceux qui ont représenté quelque chose.

Loïc N. MalfoyOni-chan.
Astrid A. MalfoyLittle Sister.
Heathcliff E. PowellsA définir.
Date d'inscription : 30/08/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
174/500  (174/500)





MessageSujet: Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius. Jeu 18 Sep - 19:39

© blend - Tumblr


Scorpius Hyperion Malfoy


Serpentard - 15yo - ft. Luke Hemmings



Carte d'identité :
Nom :
Malfoy.
Prénoms :
Scorpius, Hypérion.
Surnoms :
Malfoy.
Date de naissance :
8 juin 2007.
Age :
15 ans.
Année :
5ème année.
Maison :
Serpentard.
Patronus :
Renard.
Amortentia :
Une brise d'été, l'océan, et les sucreries .
Epouvantard :
Cubiculacetophobie
Baguette :
Bois de platine, ventricule de Dragon, 37cm.
Sort préféré :
Allégresse, parce qu'il peut enfin oublier quand ça ne va pas pendant quelques secondes..
Animal de compagnie :
Hibou grand-duc.
Avatar :
Luke Hemmings. ( J'ai pas trouvé mieux ).
Anecdotes & faits divers:
Anecdotes

Scorpius est le rédacteur en chef du journal du lycée. • Il déteste le Quidditch, mais a quand même essayé de rejoindre l'équipe pour attirer l'attention de son père. • Il se pourrait bien que Scorpius ait un énorme faible pour son meilleur ami, Albus. • Scorpius adore sa mère. • L'un de ses rêves, c'est de devenir maitre des potions. • Il a donc une forte admiration pour son prof de potion même si il a des airs d'incapable. • Il est assez étrange parfois. • Scorpius ne vit pas dans le même monde que ses camarades de classe, et ça se sent. • Car si il n'a pas la prétention d'être un Malfoy, il n'empêche qu'il n'a pas reçu les mêmes valeurs et la même éducation que les autres. • Il se moque éperdument des guerres entre maison, mais il adore jouer de mauvais tour à James. • Oui, parce qu'il adooooooooore Albus, mais ne supporte pas James parce qu'il s'oppose à l'amitié entre les deux serpentard. • Il est incroyablement jaloux de son grand frère parce que son père lui donne beaucoup plus d'attention. • D'ailleurs, pauvre Loïc quand il le découvrira que Scorpius lui a encore joué un mauvais tour. Enfin, ça, seulement si Loïc découvre que c'est Scorpius le coupable car tout laisse penser que c'est James qui a fait le coup. • Il a une très fine cicatrice à son poignet droit dont il n'avouera jamais la provenance. • Ah oui ! Scorpius est gaucher. • Il passe un temps inimaginable à la bibliothèque, il adore lire. • Il s'intéresse beaucoup au monde des moldus. • Il admire secrètement Harry Potter.  • Lorsqu'il était petit, il préférait les contes Moldus aux contes sorciers • Il aime beaucoup Perrault & les frères Grimm même si il préfère les originaux de Perrault à se des deux frères. • Il adore la musique. • Petit, il a apprit à jouer du Piano, de la Guitare et du Violon. • Il aime aussi beaucoup écrire. • C'est pour ça qu'il a tant tenu à faire parti du journal de Poudlard. • Il n'a pas énormément d'ami • Il préfère être seul, en général, ça lui permet de penser.




A propos de moi:

Fille de Kuroro, petite soeur de Luna et de Nico, en couple avec Jack, meilleure amie de Charlie et d'Isaac, confidante de Mia, réincarnation de Neferupito, et soeur de coeur de Kirua et Akura. ~


© _Viviie.





The love is a malefic poison, it destroy me.
Love, noun : 1. a profoundly tender, passionate affection for another person. 2. a feeling of warm personal attachment or deep affection, as for a parent, child, or friend.


Dernière édition par Scorpius H. Malfoy le Mer 15 Oct - 22:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

I realize now that dying is easy. Living is hard.

avatar

Proud to be me.

I realize now that dying is easy. Living is hard.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 655
✘ Orientation Sexuelle : Bisexuelle.
✘ Lieu de vie : Tokyo
✘ Where I am : Somewhere, I suppose
✘ DC : Theia, Nico, Asa, Lorenzo.
✘ Liens :
Les indispensables.

Hope BluefieldA définir.
Lucas I. Torrão A définir.

Ceux qui ont représenté quelque chose.

Loïc N. MalfoyOni-chan.
Astrid A. MalfoyLittle Sister.
Heathcliff E. PowellsA définir.
Date d'inscription : 30/08/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
174/500  (174/500)





MessageSujet: Re: Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius. Jeu 18 Sep - 19:40

© blend - Tumblr


My songs know what you did in the dark.


Hearts will never be practical until they are made unbreakable.

“I wonder if I've been changed in the night. Let me think. Was I the same when I got up this morning? I almost think I can remember feeling a little different. But if I'm not the same, the next question is 'Who in the world am I?' Ah, that's the great puzzle!”
― Lewis Carroll, Alice in Wonderland

"So, I guess we are who we are for alot of reasons. And maybe we'll never know most of them. But even if we don't have the power to choose where we come from, we can still choose where we go from there. We can still do things. And we can try to feel okay about them."
— Stephen Chbosky, The Perks of Being a Wallflower

"I realize now that dying is easy. Living is hard."
— Gayle Forman, If I Stay



Star can't shine without darkness
La température extérieur plafonnais à moins vingt degrés. Enfin, ça, c’est ce que venait de cracher la voix au travers de la radio. La neige et le vent frappaient violemment contre les volets peut-être un peu trop vieux qui grinçaient et cognaient à leurs tours contre les fenêtres. En sommes, c’était un jour de décembre comme un autre. La radio commença a diffusé une quelconque émission en l’honneur du grand Harry Potter et de sa victoire de la terrible nuit où Poudlard a faillit tomber. Rien de plus agaçant. Des notes peut-être un peu trop aiguë d’un chanteur sans doute encore pré-pubère emplirent la salle chantant les louanges d’un héros du hasard. Draco Malfoy soupira. Le temps avait passé depuis ses années d’études à Poudlard, mais il n’aimait pas pour autant le Potter. Il était tellement l’opposé de tout ce qui faisait un bon Malfoy… Assit à ses pieds, son fils ainé jouait avec un jouet quelconque pendant qu’il berçait sa cadette dans ses bras. Ca aurait presque été un tableau familiale parfait s’il n’y avait pas eu Scorpius. Le petit Malfoy n’était ni comme son ainé, fort ressemblant à son père, ni comme sa cadette, fort ressemblante à sa mère, il était tout simplement… Différent. Draco ne donnait jamais beaucoup d’attention à son fils. Quand il vint au monde, l’ancien mange-mort comprit toute suite que cet enfant là lui causerait bien du soucis. Il était plus petit, plus chétif que son frère et ne portait que les traits de son père. C’est sûrement pour ça que Draco se sentait si loin de son fils. Il n’était qu’une version de lui plus jeune. La vision de son propre fils rappelait à Draco toutes ses erreurs passées, toutes ses fautes, tout son passé. Pourtant, Scorpius n’était qu’un enfant. Peut-on condamner un enfant pour les crimes du passé dont il n’est même pas à un centième d’être le responsable ? Peut-on réfuter l’innocence de l’enfant qui vient de naitre ? Le jeune Scorpius ne jouait jamais avec les jouets de son frère. Très petit, il a apprit que Loïc était Loïc et que personne ne touche à Loïc, ses jouets, et tous ce qu’il désire… Draco posa la petite Alexanne dans son berceau, elle venait de s’endormir. Scorpius, comme à chaque fois, tendit les bras vers son père, pour qu’il le prenne contre lui. Après tout, il n’avait qu’un an de plus que sa petite soeur. Mais celui-ci préféra prendre son ainé sur ses genoux pour lui lire une histoire. Scorpius n’avait que trois ans et demi à l’époque, mais il n’avait pas besoin d’être plus vieux pour comprendre que son père venait de lui tourner totalement le dos. C’est dur, quand on est encore enfant, de comprendre que son grand frère n’a rien fait pour ça, ou que sa petite soeur ne lui a pas volé son papa. C’est dur d’être seul toute l’année jusqu’à ce que maman rentre enfin pendant deux mois et reparte… C’est dur d’être un enfant quand on a personne avec qui être. Alors Scorpius fondit en larme. La voix dans la radio monta d’un octave, ce qui agaça encore plus Draco. L’ancien Serpentard lança un regard réprobateur à son fils en lui disant de se taire. Sans chercher à comprendre ce qu’il se passait, et pourquoi il pleurait. Le petit Malfoy pleura encore, et encore, et encore et ce jusqu’à ce que son père finisse par être agacé et l’emmène se coucher. Le seul moment de la journée où Draco accordait un peu plus d’attention à Scorpius qu’à son grand frère.

« Scorp’, tu viens jouer avec nous ? » Scorpius avait grandit. Il n’était plus le petit garçon fragile qui courrait partout après son père pour lui quémander quelques secondes d’attentions et d’affections. Il était maintenant totalement indépendant de quiconque. Peut-être avait-il même finit par trop grandir... Pendant l’été, Loïc reçue sa lettre d’admission à Poudlard. Scorpius ne lui pardonna pas. C’était son grand frère, et partir comme ça… C’était égoïste. Il n’avait pas le droit de partir comme ça et de le laisser seul avec son père et Alexanne. Il n’était pas encore prêt. Avec le temps, Scorpius avait apprit à être seul et se complaire dans sa solitude, or la présence de Loïc le rassurait. Il savait, quand son frère était là, qu’il ne serait pas seul, jamais. Et maintenant… Il ne serait plus là. Scorpius n’adressa plus la parole à son ainé pendant une bonne semaine après qu’il ait reçu la lettre. Même si il savait pertinemment qu’il n’y était pour rien, Scorpius ne pouvait pas s’en empêcher. Peut-être était-ce à cause des sentiments totalement contradictoires qu’il pouvait avoir à l’encontre de son frère. Une partie de lui-même le détestait et l’enviait, Loïc était, est, et sera toujours ce que Scorpius aurait toujours voulu être, et puis, lui, il avait toute l’attention de leur père. Mais l’autre partie de Scorpius adorait son grand frère plus que tout au monde. « Je n’aime pas le Quidditch. » Et c’était la vérité. Scorpius ne supportait pas le Quidditch. Il n’aimait même pas regarder les autres y jouer. Pourtant, il ne disait jamais non, d’habitude. Quand il jouait - faisait le pot de fleur dans le but d’éviter les souaffles - il passait un peu de temps avec son père. Sauf que là, Draco, il s’en moquait un peu Scorpius. Ca lui faisait juste trop peur de se retrouver tout seul avec son père. « Tu es sûr ? C’est la dernière fois que tu pourras faire une partie avec nous avant que je parte. » Scorpius rangea ses affaires qui trainait sur la table sans accordé un regard à son grand frère. Il était injuste avec lui, il n’avait donc aucune raison de lui accorder son attention. « Je n’aime pas le Quidditch, je ne veux pas jouer. » Il ajouta, entre ses dents, et de manière inaudible. «  Et puis tu n’as qu’à demander à Alexanne, vous aurez votre parfaite petite famille. » Et il remonta s’enfermer dans sa chambre. L’année qu’il allait passer sans sa mère et son frère allait être encore pire que les précédentes, et il le savait. Alors la seule chose qu’il pouvait y faire, c’était resté au lit, et dormir jusqu’à ce que lui aussi ait sa lettre..


When I saw you, I fell in love. And you smile, because you knew it.
Malgré tous ce que Scorpius essayait de faire croire, la première année de son frère à Poudlard fut très très dure pour lui. Il passa le plus clair de son temps assit à la fenêtre en attendant de recevoir une lettre de son grand frère et à chaque fois qu’il en reçue une - à laquelle il prenait bien le soin de ne pas répondre avant une bonne semaine. -, il se sentait un peu moins seul. Cette année là, Draco la passa à ignorer totalement qu’il avait un fils. Alors Scorpius se perdit dans sa solitude. Parfois, il arrivait encore à aller embêter sa soeur et à jouer un peu avec elle, mais c’était différent, c’était pas comme avec son frère. Puis vint enfin le jour où ils allèrent attendre sur le quai de gare le retour de sa mère et de son grand frère. Scorpius n’en avait pas dormit du tout la veille. En réalité, il était vraiment heureux de revoir sa famille, mais sur le quai de gare, quand se fut le cas, il se mura dans son silence et resta impassible. Draco avait passé une année entière à ne s’adresser à que pour formater entièrement sa façon de penser et lui rentrer dans le crâne des idées comme ‘les sangs de bourdes nous sont inférieurs’ et ‘si tu vas à Gryffondor, tu déshonore la famille’. Et c’était faux. Scorpius le savait. Depuis sa naissance, sa mère, Alice Malfoy, anciennement Stanford, lui disait. Et Scorpius en était conscient depuis sa naissance. Pourtant, quand son père lui disait, c’était différent. Il était près à le croire si ça pouvait lui attirer la reconnaissance de son père. Scorpius aurait même pu tuer pour avoir un peu d’attention et d’amour avec de son père. Alors, quand il reçue sa lettre pour aller à Poudlard et que son père le prit à l’écart pour lui dire qu’il n’avait pas intérêt à trainer avec les Potter et les Weasley, et que sa mère lui dit l’inverse juste derrière pour qu’il sache qu’il pouvait être ce qui voulait et parler à qu’il voudrait, Scorpius décida qu’il adresserait jamais la parole à un Potter ou un Weasley sans lui dire qu’ils les détestent et que ce n’est que de la vermine, comme lui a apprit son père et son grand père avant ça. Après tout, c’est ça être un Malfoy, non ? C’est obéir même aux choses les plus absurdes. Et puis, selon Loïc, il aurait déjà une réputation de garçon pas fréquentable du tout grâce à son père et son passé. Quand il arriverait à Poudlard, on le pointerait du doigt en disant que c’est le mioche de Draco Malfoy, un fils de mange-mort lui même fils de mange-mort. Merci papa pour la bonne réputation. Le reste des vacances, Scorpius les passa enfermé dans sa chambre. Il ne parlait plus beaucoup avec son frère et sa soeur, ce qu’il l’attrista, au fond. Il adorait Alexanne au moins autant que Loïc, mais avec le temps, il avait fini par se dire qu’il était vraiment différent des deux autres. Il n’avait pas les mêmes centres d’intérêts, les mêmes idées, ou encore la même façon de penser. Par exemple, les deux autres adoraient les contes de Beedle le barde, Scorpius, lui, préférait de loin ceux de Perrault. Loïc et Alexanne aimait le Quiddicth, ils pouvaient passer des journées entières sur un balais avec leur père, pas Scorpius, il ne supportait pas ce sport. Et contrairement à Loïc et Alexanne, Scorpius préférait de loin sa mère mais était prêt à tous pour que son père soit fier de lui, et le regarde comme il regardait ses autres enfants.

La première fois que Scorpius croisa le regard d’Albus, il comprit tout suite. Il n’eut pas besoin de se poser de question. Il savait, s’était tout. Sans rien savoir de lui, il savait. Il a fait connaissance avec lui, et a apprit à le connaître avant même de savoir son nom, Potter. Peut-être que si ils avaient commencé par là, ça aurait été différent. Peut-être qu’il aurait écouté son père, et peut-être qu’il n’aurait jamais étés amis. Peut-être que Scorpius aurait pourri la vie à Albus, peut-être… Ce n’est pas ce qui s’est passé, alors pourquoi s’évertuer à énumérer les peut-être ? Plus le temps passa, plus Scorpius se sentit proche d’Albus, et très vite, ça devint son meilleur ami. Après tout, c’était normal, on dira. Ils avaient beaucoup en commun.  Par exemple, ils étaient tous les deux victimes de la gloire et de la réputation de leurs pères respectifs. Albus, lui, était vu comme le fils du grand Harry Potter pendant que Scorpius était vu comme le fils de Malfoy, la vermine, à éviter à tous prix. Scorpius jouait beaucoup sur sa réputation pour faire fuir les gens qui venaient un peu trop vers lui, d’ailleurs. Au départ, il fut dur pour Scorpius de trouver ses marques à Poudlard, mais d’avoir Albus au près de lui le rassurait quelque peu. Au moins, il n’était pas le seul à faire des erreurs et à ne pas toujours tous comprendre. Mais en réalité, ce qui rassura le plus Scorpius, c’était d’être à Serpentard. Non pas pour correspondre à son père et ses attentes, mais pour être son grand frère. De savoir que Loïc était là, même s’il ne lui adressait presque jamais la parole, et bien s’était vraiment rassurant. En quelques sortes, c’était son pilier. Sa façon à lui de se dire que si ça va pas, c’est pas grave, son frère sera là. Et puis, il y avait sa mère, maintenant. Sa mère qu’il adorait et admirait tant. Elle ne laisserait personne lui faire du mal, elle l’aimait bien trop pour ça. Scorpius fut très heureux d’être enfin un peu plus proche d’elle même si avoir Alice Malfoy en mère n’est pas toujours facile…
 


We're all mad here.
Et puis tout ce compliqua avec son père. Scorpius, qui jusqu’à présent, vivait et respirait seulement pour que Draco ne le voit, changea radicalement. A son retour de Poudlard, rien ne changea dans l’attitude de Scorpius. Il était heureux de rentrer chez lui, et son père lui posa plein de question sur sa première année, sur ses notes, et sur tous le reste, alors, il était encore plus heureux même s’il ne le montra pas et resta très secret sur beaucoup de chose. Puis, il y avait Alexanne, aussi. Elle lui avait terriblement manqué sa petite soeur. Il passa les deux premiers jours avec elle. Et le troisième, il reçue une lettre. Elle était d’Albus. Scorpius s’enferma dans sa chambre pour la lire. Il ne voulait surtout pas qu’on lui vole ce précieux bout de papier, seul témoin du lien si précieux qu’il avait créé. Puis, aussi soudainement qu’il s’était enfermé dans sa chambre, Scorpius redescendit en courant pour venir se placer devant son père, la lettre toujours à la main. « Papa, papa, est-ce que je peux te demander quelque chose ? » Derrière son bureau, Draco Malfoy soupira. Il était pourtant très rare de voir Scorpius être aussi entreprenant avec son père, au contraire, en général, il ne lui adressait pas la parole, il préférait s’adresser à lui au travers sa mère ou son grand frère. « Je t’écoute. » Scorpius sera la lettre qu’il tenait entre ses mains. Il chercha les mots exacte qu’il allait prononcer. Si jamais il l’en disait trop… « Un ami m’a invité à passer chez lui pendant les vacances, est-ce que je peux… ? » Scorpius évita de croiser le regard de son père. Au fond de lui, il priait pour que personne ne lui ait dit qui était son seul et unique ami. « Et bien… Je n’y vois pas d’inconvénient. Qui est ton ami ? » Un sourire se dessina sur le visage de Scorpius. S’il était assez malin pour ne pas trop en dire, ça serait gagné ! Il pourrait aller passer quelques jours chez Albus. « Un de mes camarades de Serpentard. On s’est rencontré pendant l’année. Il est cool. » Voilà ! C’était juste parfait, comme ça, il ne disait ni trop, ni pas assez. Si son père lui demandait comment il comptait aller chez son ami, il répondrait simplement qu’ils ont rendez-vous sur le chemin de travers. « Et son nom pour que j’entre en contact avec ses parents ? » Draco sourit pendant un fraction de seconde durant laquelle Scorpius se sentit fier et heureux d’être qu’il est. Puis il réalisa. C’était fini. Il avait perdu. « Albus Potter. » Le visage de Draco se changea en une grimace et avant même qu’il ne puisse ajouter quelque chose, Scorpius fut assaillit par les mots de son père. Il lui interdit d’aller chez Albus et pire encore, il lui interdit d’être son ami. Et bien que sa mère s’empressa de lui dire exactement l’inverse, Scorpius se brisa. L’image du père parfait après lequel il courait était totalement démolit. À la place, un grand troue béant où l’image et le modèle que son père inspirait, et la certitude que ce dernier le détestait plus que tous…

Mais c’est dur, quand on a douze ans, de grandir sans aucun modèle. On a besoin de trouver quelqu’un qui nous guide et qui nous montre la voie. On a besoin d’avoir un chemin à suivre parce que trouver son chemin seul, c’est la chose la plus ardue qui existe. On cherche le meilleur moyen de réussir à devenir ce qu’on veut devenir sans faire des erreurs et des fautes. En quelques sortes, on cherche un héros qui pourra et saura nous sauver de toutes ses petites choses qui font de la vie un enfers, quelqu’un qu’on pense être parfait ou s’approcher le plus de la perfection. Scorpius prit Loïc pour modèle. Ce n’est pas le meilleur qu’on pouvait avoir, mais c’était son grand frère, et pour lui, il n’existait pas plus grand superhéros. Alors, tout allait bien, au début. Scorpius tenait tête à son père et ne se gênait plus pour dire ce qui le dérangeait quand ça le dérangeait, ce qui détériora énormément la relation qu’il y avait entre lui et Draco. Un soir, Scorpius a même osé dire à son père qu’il se moquait éperdument de son avis et qu’il continuerait d’être ami avec qu’il voulait et non pas avec qui son père lui dictait. Ainsi, pendant la totalité de sa deuxième année d’étude à Poudlard, Scorpius n’a pas une seule fois arrêter d’adresser la parole à Albus. Au contraire, le fait que son père  lui interdise lui donnait encore plus envie d’être son ami. « Dis, ‘Bus, tu viens à la maison pendant les vacances ? » Scorpius était assit sur le rebord d’une fenêtre. La deuxième année était presque terminée, et cette fois, il ne pourrait pas refuser de rentrer en prétextant vouloir rester à Poudlard, il serait obligé de revenir à la maison. « Tu es sûr que c’est une bonne idée ? Je veux dire, avec ton père, et tout… » Scorpius se retourna vers Albus, adossé au mur derrière lui. Depuis le temps qu’il le côtoyer, le jeune Malfoy n’aurait jamais cru une seconde que son meilleur ami pouvait lui aussi avoir des préjugés sur sa famille. « Pardon ? Alors toi aussi ? Depuis quand tu me juges, moi et ma famille, à cause d’un nom ? » Scorpius lança un regard froid à Albus avant de lui tourner le dos pour faire à nouveau balancer ses jambes dans le vide. « Tu sais très bien que ce n’est pas de ça que je parle, Scorpius, fait pas l’idiot. C’est juste que tu as évité ton père toute l’année, et je sais qu’il m’aime pas beaucoup alors… » Scorpius soupira. Albus avait raison. Il détestait quand Albus avait raison parce que ça implique qu’il ait tord, et le jeune Malfoy détestait plus que tout au monde avoir tord. « J’en ai rien à faire de ce qu’il pense. » Et Scorpius n’ajouta rien de plus, il se contenta de partir s’enfermer dans son dortoir. 


Titre du chapitre
Et puis tout à dégénérer. A l’âge de treize ans, Scorpius passa la plus grande partie de son été avec Albus. Il était venu passer quelques jours chez les Malfoy, et finalement, Scorpius et lui passèrent les vacances ensemble en alternant moment chez l’un puis chez l’autre. Et tout était bien. Jusqu’à sa quatrième année. Tant que Scorpius prenait Loïc pour exemple, tout allait bien dans le meilleur des mondes. Mais quand il eut ses quatorze ans, le jeune Malfoy changea totalement d’avis sur son grand frère. Le héros qu’il l’admirait tant n’était plus son modèle. Les rumeurs avaient poussé Scorpius à suivre son propre exemple et ne plus essayer de ressembler à personne. Les relations avec son père n’ont fait que s’empirer après ça. Si Draco ne faisait rien pour améliorer les choses, ce n’est pas Scorpius qui le ferait. Au contraire, il faisait même exprès de s’opposer à son père tous le temps et sans arrêt. C’est comme si être en désaccord avec lui était ce qu’il cherchait le plus. Peut-être que finalement, Scorpius n’avait pas tant changé que ça. S’il passait autant de temps à faire enrager son père, c’était sûrement pour avoir son attention car malgré tout, Scorpius restait un adolescent complètement paumé qui ne cherchait que le bonheur et qui manquait cruellement d’amour paternel. Mais parfois, il allait juste trop loin. Il était trop cru dans ses propos, et s’isoler tous le temps ne l’aidait pas à aller mieux, alors il allait encore plus loin, créant encore plus de tension. Lorsqu’il était à Poudlard, Scorpius ne prenait plus le temps de répondre aux lettres de son père, et pire encore, il lui renvoyait sans même les avoir lu. Lorsqu’il était chez lui, il restait enfermer dans sa chambre toute la journée à écouter la musique à fond pour ne pas entendre quiconque viendrait toquer à sa porte ou avec Albus, dans le jardin à parler et rire sans adresser ne serait-ce qu’un bonjour à son père. Et puis un soir, il alla vraiment trop loin. Même sa mère n’aurait pas pu, si elle avait été présente, le défendre. Comme si le manque de respect et l’insolence ne suffisait pas, Scorpius commit une erreur qu’il ne pourrait plus corriger maintenant, et pour la première fois de sa vie, son père lui dit-en le regardant dans les yeux qui le détestait et pire encore, qu’il regrettait de le jour de sa naissance. Bien sûr, Draco ne pensait pas une seconde ces mots, mais il les avait prononcé. Cette soirée, c’est le seul secret entre Draco et Scorpius. Comme personne d’autre n’était présent au manoir Malfoy, personne ne savait. Mais Scorpius en souffrit énormément, et en souffre encore à ce jour.

« Scorpius ? Tu es sûr que tu vas bien ? » Scorpius était venu passer quelques jours chez les Potter. Après la dispute avec Draco, c’est lui-même qui proposa d’y envoyer son fils. Alice en fut ravi, elle crut qu’enfin les relations père-fils avaient évolué pour le meilleur. « Je sais pas trop… »  Scorpius fixait le plafond de la chambre d’Albus. Quand il était arrivé devant la porte et qu’il avait toqué, la veille dans la soirée, Albus fut très étonné de voir Harry accompagner Scorpius jusqu’à sa chambre. Scorpius n’avait pas dit à Albus pourquoi il était là ni pourquoi il était dehors aussi tard. «  C’est à cause de ton père, c’est ça ? »  Entant normal, il ne lui cachait rien, mais parfois, c’était difficile de parler de certaines choses, alors, on les garde pour soi. «  Ouais, il a pas aimé que je sois sorti en douce pour me faire un piercing, il m’a foutu à la porte, tu le crois ? » Un sourire apparut sur les lèvres de Scorpius, il avait dit ça d’un ton dégagé et presque amusé. Dire la vérité et plus facile si on l’a dit sous le coup de la plaisanterie, après tous, parce qu’on peut toujours revenir sur ses mots… « Sérieux ? C’est tout ? Je rentre avec ça, moi, je me fais tuer !  » Scorpius explosa de rire. Il passa le reste des détails sous silence et se contenta de rire. Puis Albus lui jeta un coussin dessus et ils commencèrent une bataille de polochon. Un jour, il aurait à payer les conséquences de ses actes, mais pour l’instant, Scorpius aimait vivre au bord du vivre, à deux doigts de tomber dans le gouffre. Cette sensation de faire des choses stupides qui pourraient vraiment être dangereuses ou lui causer des ennuies lui plaisait beaucoup et à ce moment là, la chose qu’il avait le plus envie de faire, après avoir avoir réussi à désarmer Albus et l’avoir totalement à sa merci, c’était de l’embrasser. Depuis quelques temps déjà, Scorpius ressentait une attirance pour Albus mais essayer de la garder secrète. Ca devint de plus en plus difficile. Au début, le jeune Malfoy fit taire ses sentiments en se disant qu’il ne voulait pas réellement être avec son meilleur ami, ou autre chose, il voulait juste s’afficher avec lui pour énerver son père. Mais avec le temps, les sentiments de Scorpius ont évolué et maintenant, il a beaucoup de mal à faire la part des choses. Il aimerait ce dire qu’il ne ressent absolument rien pour Albus, mais ça serait faux, et il le sait. Alors il garde le secret et quand, comme ce jour là, l’envie lui prend d’embrasser Albus, il fait quelque chose de stupide pour oublier qu’il est différent. Ainsi, c’est pour ça qu’il n’est pas étonnant de voir Scorpius à moitié dans le vide assit à la fenêtre d’une des tours, à marcher sur le toit, ou encore à voler debout sur son balais… .


© _Viviie.





The love is a malefic poison, it destroy me.
Love, noun : 1. a profoundly tender, passionate affection for another person. 2. a feeling of warm personal attachment or deep affection, as for a parent, child, or friend.


Dernière édition par Scorpius H. Malfoy le Mer 15 Oct - 22:38, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Not all who wander are lost.

avatar

Proud to be me.

Not all who wander are lost.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 1034
✘ Orientation Sexuelle : Pas vraiment définie, on va dire.
✘ Lieu de vie : Quelque part sur terre
✘ Where I am : Je ne sais pas, je vais regarder sur la Carte des Maraudeurs.
Date d'inscription : 25/05/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
298/500  (298/500)





MessageSujet: Re: Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius. Jeu 18 Sep - 22:45

Sherlock. Bave
Scorpius a l'air bien triste, rien que dans les informations sur lui. J'espère qu'un Albus viendra rapidement pour lui remonter le moral ! Bril


Now I'm dead inside
Now my mistakes are haunting me
Like winter came and put a freeze on my heart
I've lost the power to understand
What it takes to be a man with my heart
But now I fear I've lost my spark
No more glowing in the dark for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

I realize now that dying is easy. Living is hard.

avatar

Proud to be me.

I realize now that dying is easy. Living is hard.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 655
✘ Orientation Sexuelle : Bisexuelle.
✘ Lieu de vie : Tokyo
✘ Where I am : Somewhere, I suppose
✘ DC : Theia, Nico, Asa, Lorenzo.
✘ Liens :
Les indispensables.

Hope BluefieldA définir.
Lucas I. Torrão A définir.

Ceux qui ont représenté quelque chose.

Loïc N. MalfoyOni-chan.
Astrid A. MalfoyLittle Sister.
Heathcliff E. PowellsA définir.
Date d'inscription : 30/08/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
174/500  (174/500)





MessageSujet: Re: Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius. Ven 26 Sep - 22:53

J'avais même pas vu ta réponse !
J'espère aussi, il va faire une dépression sinon Sad.



The love is a malefic poison, it destroy me.
Love, noun : 1. a profoundly tender, passionate affection for another person. 2. a feeling of warm personal attachment or deep affection, as for a parent, child, or friend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Not all who wander are lost.

avatar

Proud to be me.

Not all who wander are lost.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 1034
✘ Orientation Sexuelle : Pas vraiment définie, on va dire.
✘ Lieu de vie : Quelque part sur terre
✘ Where I am : Je ne sais pas, je vais regarder sur la Carte des Maraudeurs.
Date d'inscription : 25/05/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
298/500  (298/500)





MessageSujet: Re: Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius. Sam 27 Sep - 0:59

Rien qu'en lisant le premier chapitre de ton histoire, je hais Drago. Mon Bubus, c'est le meilleur, LES POTTER Y A PAS MIEUX, ON INSULTE PAS MON FRÈRE, donc voilà. Angel
Qu'il aille se faire cuir une bouse de dragon. Angel


Now I'm dead inside
Now my mistakes are haunting me
Like winter came and put a freeze on my heart
I've lost the power to understand
What it takes to be a man with my heart
But now I fear I've lost my spark
No more glowing in the dark for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Per aspera ad astra

avatar

Proud to be me.

Per aspera ad astra
Want to know who I am ?
✘ Messages : 435
✘ Orientation Sexuelle : Hétéro le plus souvent
✘ Lieu de vie : Quelque part sur terre
✘ Where I am : In another world where you can't find me
✘ DC : Léo, Liam et Enzo :D
Date d'inscription : 27/09/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
133/500  (133/500)





MessageSujet: Re: Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius. Sam 11 Oct - 23:35

Je me permet de poster Razz Tu en es où de ta fiche mon petit Scorp -je vais d'ailleurs t’appeler le minimoys dorénavant-**


© TAZER.
 
« The family is the most important things we have. We need to take care about all of them. Sister and Brother forever, If you need some help, i will be here for you, don't forget this .»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

I realize now that dying is easy. Living is hard.

avatar

Proud to be me.

I realize now that dying is easy. Living is hard.
Want to know who I am ?
✘ Messages : 655
✘ Orientation Sexuelle : Bisexuelle.
✘ Lieu de vie : Tokyo
✘ Where I am : Somewhere, I suppose
✘ DC : Theia, Nico, Asa, Lorenzo.
✘ Liens :
Les indispensables.

Hope BluefieldA définir.
Lucas I. Torrão A définir.

Ceux qui ont représenté quelque chose.

Loïc N. MalfoyOni-chan.
Astrid A. MalfoyLittle Sister.
Heathcliff E. PowellsA définir.
Date d'inscription : 30/08/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
174/500  (174/500)





MessageSujet: Re: Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius. Dim 12 Oct - 9:11

Oh... J'en suis nul part. Je vais écrire la suite maintenant
-PasTaperJamesEstPireQueMoiEnPlus-.



The love is a malefic poison, it destroy me.
Love, noun : 1. a profoundly tender, passionate affection for another person. 2. a feeling of warm personal attachment or deep affection, as for a parent, child, or friend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Per aspera ad astra

avatar

Proud to be me.

Per aspera ad astra
Want to know who I am ?
✘ Messages : 435
✘ Orientation Sexuelle : Hétéro le plus souvent
✘ Lieu de vie : Quelque part sur terre
✘ Where I am : In another world where you can't find me
✘ DC : Léo, Liam et Enzo :D
Date d'inscription : 27/09/2014

A little more ?

Feuille de personnage
Level:
133/500  (133/500)





MessageSujet: Re: Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius. Jeu 16 Oct - 22:55







Bravo jeune sorcier, tu es à présent validé !
Ω

x x x

Bon alors euh super fiche mais je retiens le sale coup tu vas me le payer cher Twisted Evil Sur ce bon jeu little bro'" .    


Maintenant que tu es inscrit(e), tu fais partie des nôtres ! Une bonne nouvelle, non ? Tu vas pouvoir RP, poster dans le flood... Mais avant, ça, il y a quelques petites choses à faire.
Pour commencer, viens lire le règlement et le contexte ici et ( même si cela a sûrement déjà été fait avant ton inscription, pas vrai ? Ensuite, vas recenser ton avatar ici, ouvrir une fiche de liens pour avoir des amis, crées-toi une fiche de RP ici, et regarde dans quels clubs tu pourrais t'inscrire . Tu pourras ensuite RP comme tu veux !
N'oublie pas une chose, amuse-toi !

BY .TITANIUMWAY



© TAZER.
 
« The family is the most important things we have. We need to take care about all of them. Sister and Brother forever, If you need some help, i will be here for you, don't forget this .»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Proud to be me.

Want to know who I am ?

A little more ?





MessageSujet: Re: Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius.

Revenir en haut Aller en bas

Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Heros don't exist and even if they did, I wouldn't be one of them. † Scorpius.
» LE HEROS DE JAFRIK ABANDONNE LE BATEAU ROSE QUI COULE
» Un nom de super heros qui déboite grave
» STRANGE/ COMICS/ BD SUPER-HEROS EN GENERAL
» Livre dont vous etes le heros [Pdf]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ανακλυσμός :: In the beginning. :: Carte d'identité. :: Nos super-héros.-